Navigation – Plan du site
Les prépositions

Regard sur l’histoire de quelques prépositions de l’anglais contemporain :
apport de la diachronie 

Anne Mathieu

Résumés

Cet article considère les prépositions du corpus commun sous l’angle de la diachronie. Il s’intéresse plus particulièrement à by, of et for, trois prépositions héritées du vieil-anglais. On relève dans le corpus un by introduisant un complément d’agent, un of reliant une caractéristique à l’objet qu’elle caractérise et un for introduisant une durée. Ces trois emplois ne sont pas attestés en vieil-anglais. Un regard sur l’histoire de by, of et for permet de dater leur apparition et de proposer des amorces d’explications. Les trois prépositions avaient en vieil-anglais, outre une valeur spatiale (respectivement « à côté de », « en provenance de » et « devant »), nombre de sens abstraits. Of unissant caractéristique et objet caractérisé apparaît au XIIe siècle ; le by agentif et le for duratif sont attestés à partir du XIVe siècle. Ces évolutions s’expliquent par des mécanismes internes à la langue et par l’influence du français.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour la syntaxe des prépositions et des groupes prépositionnels en vieil-anglais et en moyen-anglai (...)
  • 2 Perspectives diachronique et synchronique sont notamment réunies dans les ouvrages proposés dans la (...)

1Dans la présentation qui suit, nous nous proposons d’aborder quelques prépositions sous l’angle de la diachronie. L’approche adoptée est de nature sémantique uniquement1 ; il ne saurait être question, en outre, de rendre compte de l’ensemble des évolutions qui ont affecté ces prépositions depuis la période vieil-anglaise jusqu’à nos jours. Seuls seront exposés quelques données qui nous paraissent essentielles, des faits qui mériteraient d’être éclairés par les théories linguistiques mises en dialogue dans ce recueil, et qui, inversement, pourraient peut-être fournir des éléments susceptibles d’être exploités par les chercheurs qui s’intéressent aux prépositions de l’anglais moderne. Cet exposé se veut donc une invitation à un dialogue entre synchronie et diachronie, s’inscrivant en cela dans une démarche dont la pertinence est aujourd’hui largement reconnue2.

1. Repères historiques et sources utilisées

2Avant d’examiner le corpus, il importe, d’une part, de rappeler les grandes étapes de l’histoire de l’anglais, et d’autre part, de présenter les sources dont ont été extraites la plupart des données qui seront exposées.

  • 3 Ce tableau constitue une version simplifiée de la grille proposée par Crépin (1994 : 63). Dans la c (...)

3La langue anglaise que nous connaissons aujourd’hui est issue de la rencontre d’un certain nombre de dialectes parlés par les peuples germaniques qui ont envahi l’Angleterre celte au Ve siècle. Les textes anglais les plus anciens qui nous soient parvenus, cependant, datent de la fin du VIIe siècle. On distingue communément trois stades dans l’histoire de l’anglais, correspondant à trois périodes historiques, et à trois états de langue3 :

vieil-anglais

VIIe-XIe siècle

Langue germanique

système de flexions casuelles

moyen-anglais

XIIe-XVe siècle

Influence du français

Érosion du système de flexions casuelles

anglais moderne

XVIe-XXIe siècle

Cas résiduels : gén. sg. ; marque du pluriel

  • 4 Voir à ce sujet Bennett et Smithers (1968).
  • 5 Selon Lass (1992), en particulier p. 90.

4Les frontières établies ici entre les différentes périodes sont bien évidemment arbitraires. La transition entre le vieil-anglais et le moyen-anglais, en particulier, s’est faite sur près d’un siècle (c. 1050 – c. 1150), avec de grandes disparités selon les aires dialectales4. De la même manière, le passage du moyen-anglais à l’anglais moderne ne s’est évidemment pas effectué brutalement en 1476, date de l’accession au trône d’Henri VII, souvent employée par convention pour marquer la fin de la période moyen-anglaise. Là aussi, les évolutions ont été plus ou moins précoces et plus ou moins rapides selon les dialectes. Il importe, d’autre part, de distinguer morphologie et phonologie : du point de vue de la morphologie, on peut s’autoriser à situer les débuts de l’anglais moderne à la fin du XVe siècle ; sur le plan phonologique, en revanche, la date de c. 1400, soit le début du XVe siècle, serait plus appropriée5.

  • 6 Le Middle English Dictionary ou MED peut être consulté en ligne à l’URL suivant : http://quod.lib.u (...)

5Les sections de cet exposé consacrées au vieil-anglais s’inspirent largement des travaux de Groussier (1984), qui, dans sa volumineuse thèse, a mené une étude de l’ensemble des prépositions du vieil-anglais dans la perspective de la grammaire de l’énonciation. Un certain nombre des données qu’elle fournit sont reprises – des exemples, mais aussi quelques-unes de ses analyses. Pour la période moyen-anglaise, il n’existe pas, en revanche, d’ouvrage d’une ampleur comparable à celui de Groussier. Nous avons donc puisé principalement dans les listes d’exemples fournies par l’OED et le MED6.

2. Origine des prépositions du corpus

6Ces préliminaires posés, nous pouvons nous pencher sur le corpus. Une première lecture permet de constater que la plupart des prépositions qui y sont employées existaient en vieil-anglais. Quatre exceptions seulement peuvent être relevées.

2. 1. Prépositions apparues après la période vieil-anglaise

2. 1. 1 because of (l. 11)

7issue de la combinaison de la préposition bi, du nom d’origine française cause et de la préposition of. Sa première attestation dans l’OED est datée de 1356.

2. 1. 2. around (l. 19)

8issue de la combinaison du préfixe a- et du nom d’origine française round. C’est d’abord l’adverbe around qui apparaît, dès 1300, dans le sens de « in a round », « en rond ». La première attestation de la préposition around, « autour de », date selon l’OED de 1399.

2. 1. 3. alongside (l. 43)

9née de la combinaison de la préposition along et du nom side, devenu suffixe comme dans beside. La première attestation de la préposition fournie par l’OED date de 1704.

2. 1. 4. like (l. 19)

10issue de l’adjectif vieil-anglais gelic, « semblable à », qui apparaît, par exemple, dans l’énoncé suivant, extrait d’une homélie de Wulfstan (début du XIe siècle) :

(1) Hy scamað þæt hy betan heora misdæda gelice þam dwæsan þe for heora prytan lewe nellað beorgan. (Wulfstan, XX, 273/157-159).

Ils n’ont pas le courage de se repentir de leurs mauvaises actions, semblables (en cela) à ces fous qui, par orgueil, refusent de chercher un remède à leur mal.

  • 7 Le West Saxon est l’un des dialectes du vieil-anglais. C’est en West Saxon qu’ont été rédigées la p (...)

11Dans cet énoncé en West-Saxon tardif7, le <e> final de gelice, marque du nominatif masculin pluriel, indique clairement que gelic est un adjectif, qui s’accorde en genre et en nombre avec hy, « ils ». L’érosion du système des flexions nominales qui se produira en moyen-anglais, cependant, rendra plus difficile l’identification de la catégorie morphosyntaxique dont relève gelic, devenu selon les dialectes ilich, lich, lik ou like. Ainsi, dans l’exemple suivant, extrait d’un poème du début du XIIIe siècle, ilich qualifie le sujet neddren & eauroskes, mais il ne porte aucune marque casuelle.

(2) Snikeð in & ut, neddren & eauroskes nawt ilich þeose her, ah hundret siðe grisluker. (Sawles Warde, 12/106)

Entrent et sortent des vipères et des grenouilles, non pas semblables à (comme ?) celles que nous avons ici, mais cent fois plus répugnantes.

12On tend à voir en ilich un adjectif par analogie avec le gelic vieil-anglais, mais cette analyse n’est plus étayée par la morphologie.

  • 8 Voir Mustanoja (1960 : 345-346).

13Ces ambiguïtés expliquent pourquoi like a été omis de la liste des prépositions moyen-anglaises proposée dans la Middle English Syntax de Mustanoja8, alors que le MED consacre à la préposition like une entrée assortie d’exemples datant, pour certains, du début de la période moyen-anglaise (s. v. « lik(e) », prép.). Like conserve, de fait, un statut incertain tout au long de la période moyen-anglaise, même si, dès la fin du XIVe siècle, commencent à apparaître des cas où une interprétation en termes de préposition semble s’imposer – notamment dans le cadre de structures du type ADJ. LIK(E) GN:

(3) Phebus wax old, and hewed lyke latoun. (Chaucer, CT, Franklin, v. 1245)

  • 9 Traduction empruntée à André Crépin (2000 : 364).

Phœbus vieillissant, couleur de laiton9.

2. 2. Prépositions attestées en vieil-anglais

14Du point de vue diachronique, because of, around, alongside et like forment une catégorie à part. Nous proposons dès lors de les ignorer, et de procéder à une seconde lecture du corpus qui cible uniquement les prépositions qui existaient en vieil-anglais. Cette nouvelle lecture permet d’identifier un certain nombre d’emplois – spatiaux, temporels ou abstraits – de ces prépositions : tous ces emplois, cependant, étaient-ils attestés en vieil-anglais ?

15Pour la plupart des emplois relevés, la réponse est affirmative. Ainsi, dans les deux premières phrases du texte, on rencontre successivement after exprimant la postériorité, off la dissociation et through le passage à travers : ces trois sens sont attestés en vieil-anglais.

16Ces similitudes, d’autant plus nombreuses que le corpus fait un grand usage de prépositions à sens spatial, ne sauraient cependant faire oublier l’écart qui existe entre le système des prépositions du vieil-anglais et celui de l’anglais moderne. En témoignent, en particulier, trois syntagmes prépositionnels :

a. I was informed of the accident by a policeman (l. 6)

  • 10 Voir à ce sujet Mitchell (1985 : § 811) et Groussier (1984 : 734-735).

17La préposition by introduit ici un complément d’agent. Or, il est très rare de trouver en vieil-anglais un complément d’agent introduit par be, ancêtre de by10.

b. the calmness of my own voice (l. 16)

18Of relie ici une caractéristique (« calmness ») à l’objet caractérisé (« voice »). Cet emploi n’est pas attesté en vieil-anglais. Un génitif serait possible, selon le schéma illustré par :

(4) Moyses for eower heorte heardnysse lyfde eow eower wif to forlæten. (Évangile, Corpus, Mt XIX, 8)

À cause de de la dureté de votre cœur, Moïse vous a permis de répudier vos femmes.

c. glinting like a dragonfly for that one instant of held breath (l. 29)

19For introduit ici un intervalle de temps, et plus spécifiquement une durée. Cet emploi n’est pas attesté en vieil-anglais.

20Parce qu’elles présentent dans le corpus ces emplois inconnus en vieil-anglais, nous nous intéresserons aux trois prépositions by, of et for, retraçant à grands traits leur histoire. Seront à chaque fois considérés d’abord les emplois principaux de la préposition en vieil-anglais, puis, très succinctement, l’évolution de son domaine d’emploi en moyen-anglais et finalement en anglais moderne. Une attention particulière sera apportée à la genèse et au développement des trois emplois qui viennent d’être signalés : introduction du complément d’agent pour by, établissement d’un lien entre caractéristique et objet caractérisé pour of, et introduction d’un complément circonstanciel exprimant une durée pour for.

3. Regard sur l’histoire des prépositions BY, OF et FOR

3. 1. BY < vieil-anglais BE

3. 1. 1. Vieil-anglais

  • 11  Groussier (1984 : 725).

21La préposition by de l’anglais moderne est issue de la préposition be du vieil-anglais, prononcée [biː] en position accentuée, et [bə] ou [bɪ] en position atone, et orthographiée, selon les textes, <be>, <bi> , <big>. <bii> ou <by>. La préposition vieil-anglaise be remonte à un radical indo-européeen *m̥bʰi signifiant « autour de », « des deux côtés de », qui, selon Groussier, « renvoyait au repérage d’un ensemble de points considérés, en gros, comme équidistants d’un repère central »11. Elle n’a cependant pas conservé le sens du radical indo-européen d’origine, puisqu’elle signifie :

« le long de… »

(5) Foron begen ætgædere up be Temese. (Chronique Parker, année 893)
Tous deux remontèrent ensemble (le long de) la Tamise.

« à côté de »

(6) He was bebyred be Agustine. (Chronique Parker, année 616)
Il fut enterré auprès d’Augustin.

  • 12 Groussier (1984 : 729).

22Toujours selon Groussier, c’est le sens de « le long de » qui est le sens de base de la préposition en vieil-anglais, et la différence de sens entre le *m̥bʰi indo-européen et le be du vieil-anglais s’explique par un changement de nature du repère : *m̥bʰi impliquait un repérage par rapport à un point central ; le be vieil-anglais renvoie quant à lui à un repérage par rapport à une ligne, et le repéré est une autre ligne qui lui est parallèle12.

23Outre les deux emplois spatiaux cités précédemment, la préposition be est suceptible d’un certain nombre d’emplois abstraits, parmi lesquels :

« selon » , « conformément à »

(7) Ferde to þam lande be his hlafordes hæse. (Genèse, XXIV, 10)
Il se rendit dans ce pays, conformément aux ordres de son maître.

« à propos de », « au sujet de »

(8) Hi gramlice be Gode spræcan. (Psautier de Paris, Ps. LXXVII, 58)
Ils parlèrent de Dieu l’insulte à la bouche.

« au moyen de »

  • 13 Traduction empruntée à Stévanovitch (1992 : 293).

(9) […] þolian wurde þegn so mænig / Forlædd be ðæm lygenum. (GenèseA, v. 598)
[…] souffrir que soient tant de ses vasseaux / égarés par des mensonges13.

3. 1. 2. Évolution

24À partir du milieu du XIIIe siècle, la graphie <be> n’est plus utilisée pour la préposition : elle est désormais attestée uniquement dans des cas où be est préfixe lexical (be-binden, « lier », be-beoden, « ordonner », be-charmen, « envoûter »). Les graphies <big> et <bii>, quant à elles, disparaissent purement et simplement, si bien que ne demeurent plus, pour la préposition, que les deux graphies <bi> et <by>.

  • 14 Pour une étude de l’évolution des emplois de bi/by en moyen-anglais, voir Iglesias-Rábade (2011 : 4 (...)

25Les emplois de la préposition cités précédemment persistent. D’autres apparaissent14. Dès le XIIe siècle, notamment, be peut avoir le sens de « pas plus tard que » attesté en anglais moderne dans des énoncés du type You must be here by 5 o’clock.

  • 15 Cité par Groussier (1984 : 733).

(10) Þa hit eall com forð, þa weorð hit eall of earcedæcnes wifes and of preostes wifes, þet hi scolden hi forlæton be Santes Andreas messe15. (Chronique de Peterborough, année 1129)

Quand tout fut révélé, on sut que ce synode avait exclusivement débattu des femmes d’archidiacres et de prêtres, et décrété qu’ils devaient les abandonner d’ici la Saint André.

  • 16 Selon Mustanoja (1960 : 373-374).
  • 17 Pour ces trois expressions, voir Godefroy (1881-1902), s. v. « force », « guile » et « sairment ».
  • 18 Ces expressions sont tirées du MED, s. v. « force », « guile » et « oth ». Pour d’autres exemples, (...)

26On note, en outre, tout au long de la période moyen-anglaise, une très forte progression de l’emploi instrumental de bi/by. Il est probable que cette évolution est due, en partie du moins, à l’influence de tournures françaises introduites par la préposition par16. Nombre d’expressions figées du type par force, par guile, par serment17 se voient en effet systématiquement traduites dans les textes moyen-anglais par des calques substituant by à par (by force, « par la force », by guile, « par traîtrise », bi oath, « par serment »18).

  • 19 Sur les prépositions employées pour introduire le complément d’agent en vieil-anglais, voir Mitchel (...)
  • 20 D’après Peitsara (1992 : 379-400, et plus particulièrement 398).
  • 21 Voir sur ce point Peitsara (1992 : 388). Sur l’emploi de par pour introduire le complément d’agent (...)

27Le by introducteur du complément d’agent constitue probablement une extension du by instrumental. Il apparaît quant à lui à la fin du XIVe siècle19. C’est alors of qui est la préposition la plus employée pour introduire le complément d’agent. Of ne tarde pas, cependant, à perdre du terrain, et au cours du XVe siècle, by s’impose20. Ce succès pourrait être imputé en partie à l’influence du par français, qui, nous venons de le voir à propos du by instrumental, entretenait avec by une relation privilégiée. En vieux-français et en moyen-français, en effet, par est fréquemment employé pour introduire l’agent dans les constructions passives21. Ainsi, dans cet extrait d’un roman en vers du XIIIe siècle :

(11) [… ] Si je sui par vous traï,
Vous en receveres la mort. (La Châtelaine de Vergy, v. 636-637)

  • 22  Exemple et traduction empruntés à Buridant, ibid.

Si je suis trahi par vous / Vous en perdrez la vie22.

28Le recul de of pourrait s’expliquer, en outre, par l’élargissement considérable de la gamme de ses emplois au cours de la période moyen-anglaise : au XVe siècle, sa charge fonctionnelle était devenue si lourde que face à un concurrent sérieux dans le domaine de l’agentivité, il ne pouvait que céder la place. Le destin de of est, de fait, exceptionnel.

3. 2. OF < vieil-anglais OF

3. 2. 1. Vieil-anglais

  • 23 Pour une étude de l’origine et des sens de la préposition of en vieil-anglais, on pourra consulter, (...)

29La préposition of de l’anglais moderne est issue de la préposition of du vieil-anglais23, qui, au XVe siècle, a donné naissance à deux prépositions distinctes, off et of. Le of vieil-anglais descend d’un radical indo-européen *apo, qui aurait signifié à l’origine « loin de ». En vieil-anglais, il est, de fait, intimement lié à l’idée de séparation, ainsi que l’indiquent clairement ses emplois spatiaux :

l’efférence, le lieu d’où l’on vient, un domaine dans lequel il est en concurrence avec fram/from :

(12) Ond þa […] for se here of Wirheale in on Norþwealas. (Chronique Parker, année 894)
Puis l’armée quitta ( = s’en alla de) Wirheal, marchant vers le nord du Pays de Galles.

la provenance ou l’origine :

(13) þa men of Lundenbyrig gefetedon þa scipu. (Chronique Parker, année 895)
Les hommes venus de Londres se saisirent alors des bateaux (des ennemis).

  • 24 Selon Lundskaer-Nielsen (1993 : 89).

30À première vue, l’exemple est ambigu mais à ce stade de l’anglais, of introduit une idée de provenance (« les hommes venus de Londres »), et non un simple repérage (« les habitants de Londres »)24. Groussier analyse de même en termes de déplacement par rapport à une origine :

(14) […] cyne-helm of þornum. (Évangile, Corpus, Mt XXVII, 29)

[…] une couronne d’épines.

31Dans cette perspective, les épines constituent l’état initial, et la couronne l’état final, la couronne provenant des épines par l’intermédiaire d’un processus de transformation.

32Outre ces emplois spatiaux, of est susceptible d’un grand nombre d’emplois abstraits, parmi lesquels :

« à cause de…, en raison de… »

(15) […] þæt he of ðæm cræfte pharaone þæm cyninge swa leof worde. (orose, i. V. 23)
[…] qu’en raison de son art, il était tant aimé du roi, le pharaon.

Introduction du complément d’agent

(16) hu ii (twegen) æþelingas wurdon afliemed of sciþþium. (orose, table des matières).
Comment deux seigneurs furent mis en fuite par les Scythes.

3. 2. 2. Évolution

  • 25  Sur ce terme, voir Gâtelais (2006 : 115).
  • 26 Le phénomène est sensible, en particulier, dans la Chronique de Peterborough, dont la rédaction s’é (...)

33En moyen-anglais, ces sens perdurent. Mais of va parallèlement être employé pour exprimer une grande variété de relations unissant deux noms, dans le cadre de structures GN1 OF GN2. Du même coup, il se grammaticalise et subit un processus d’attrition sémantique25. Il est généralement admis que la grammaticalisation de of s’amorce au XIIe siècle26. À cette époque, on observe notamment une forte augmentation des structures partitives en of, aux dépens des constructions employant le génitif. Pour illustration, on comparera dans les deux énoncés qui suivent, « manige þena » dans la Chronique Parker, où le nom masculin « þe(g)n », « serviteur », est affecté de la terminaison <a> du génitif masculin pluriel, et « mani of þe castles » dans la Chronique de Peterborough.

(17) Manige þara selestena cynges þena forðferdon on þæm þrim gearum. (Chronique Parker, année 896)

Beaucoup de serviteurs du roi, parmi les plus nobles, périrent durant ces trois années.

  • 27 Énoncé cité par Gâtelais (2006 : 116).

(18) In mani of þe castles wæron lof and grin. (Chronique de Peterborough 1132-1154, année 1137)27

  • 28 Traduction empruntée à Carruthers (1996 :164).

Dans beaucoup de châteaux, il y avait un garrot-lacet28.

34Dès la fin du XIIe siècle, on relève, en outre, des structures GN1 OF GN2 du type the calmness of my own voice (l. 16) :

(19) His licome wes se swiðe feble þet he ne mihte noht iþolie þe herdnesse of þe rapes (Homélies de Lambeth, 47).

Son corps s’était tant affaibli qu’il ne put supporter la dureté des cordes (qui lui déchiraient la peau).

35Il convient aussi de signaler, à la même époque, l’apparition du of reliant un objet possédé à son possesseur :

(20) Godes engel acwalde on elche huse of þam egiptissen folche þet frumkenede childe. (Homélies de Lambeth, 87).

36L’ange de Dieu tua le premier né dans toutes les maisons des Égyptiens.

Au début du XIIIe siècle apparaissent, en outre, des exemples de of reliant une partie à son tout.

(21) Arisen stormes se sterke & se stronge þet te bordes of þis bat bursten. (Seinte Iuliene, 69/760).

Se levèren( (alors) des tempêtes si rudes et si violentes que la coque de ce navire se fendit.

  • 29 Sur ce sujet, voir les réserves émises par Gâtelais (2006 : 118-119).

37Les emplois incolores de of vont se multiplier et se diversifier durant toute la période moyen-anglaise. L’influence du français doit incontestablement être prise en compte dans cette évolution : dans les traductions moyen-anglaises de textes français, en effet, on note une forte propension à rendre les tournures de type GN1 DE GN2 par une séquence GN1 OF GN2. Il est néanmoins difficile de déterminer dans quelles proportions cette influence s’est exercée29.

  • 30 Selon l’OED, s. v. « off ».

38Du point de vue de l’orthographe, deux formes de la préposition étaient utilisées en moyen-anglais : of et off. Dès le XVe siècle, la graphie of tend à être associée à la prononciation [ɒv] ou [əv], et la graphie off à la prononciation [ɒf], une forme emphatique employée lorsque la préposition a un sens proche de l’adverbe, ou dérivé de l’adverbe (be off, hands off the money). Cette tendance se confirme au XVIe siècle, si bien que les deux formes finissent par être considérées comme deux prépositions différentes30, que l’on trouve dans les exemples (c) et (d) :

(c) my sister Laura drove a car off a bridge (l. 16)

(d) I could picture the smooth oval of Laura’s face (l. 22)

3. 3. FOR < vieil-anglais FOR(E)

3. 3. 1. Vieil-anglais

  • 31 Voir Groussier (1984 : 288).

39La préposition for de l’anglais moderne est issue de la confusion de deux formes qui coexistaient en vieil-anglais, for et fore31 :

40for serait issu d’un radical indo-européen *p̥r à voyelle zéro, qui signifiait « en avant », et qui apparaît, par exemple, dans le préfixe latin por- (por-tendo, « annoncer »).

41- fore remonterait à un radical *perā-, signifiant « en sortant à l’avant de », « près de », « du côté de », « le long de ».

  • 32 Selon Groussier (1984 : 291-295).

42En vieil-anglais, les domaines d’emploi de ces deux formes se recouvrent très largement. La convergence est telle qu’à la fin du XIe siècle, fore devient dans le dialecte West-Saxon la forme accentuée de for. On peut donc s’autoriser à considérer for et fore comme deux variantes d’une même préposition for(e)32.

Conformément à son étymologie, le for(e) vieil-anglais est employé dans le sens spatial de « devant » :

(22) He gehalgode for heremægene win of wætere. (Andreas, v. 586-587)
Devant la foule, il bénit l’eau et la changea en vin.

43Il peut aussi signifier :

« avant », « auparavant », « il y a… »

  • 33 Exemple et traduction empruntés à Groussier (1984 : 296).

(23) Nu for feawum dagum me bædon and lærdon Romane þæt ic gewat heonon onweg. (Homélies de Blickling, XV, 191/364-365)
Il y a quelques jours, les Romains m’ont demandé et conseillé de m’en aller d’ici33.

44À côté de ses emplois spatial et temporel, le for(e) vieil-anglais a de nombreux sens abstraits, parmi lesquels on peut citer :

« à cause de…, en raison de… »

  • 34 Traduction empruntée à Crépin (1991 : 832).

(24) Ne meahte horde neah unbyrnende ænige hwile deop gedygan for dracan lege. (Beowulf, v. 2549)
Il n’aurait pu s’approcher de la cache sans se brûler, à aucun moment se risquer dans le gouffre à cause du feu du dragon34.

« au nom de… », « à la place de… »

(25) Swa him yrsade, se for ealle spræc feonda mengu. (GuthlacA, v. 200)
Ainsi, il fut envahi par la colère, celui qui parlait pour toute la foule des démons.

  • 35 Voir Mustanoja (1960 : 378).

45Selon Mustanoja35, le glissement du sens spatial de « devant » vers le sens de « à la place de » s’explique selon le processus suivant :

46étape 1 : stand for ( = before) someone, « être devant quelqu’un » ;

47étape 2 : stand for ( = before) someone as his champion, or representative, « être devant quelqu’un en qualité de champion, ou de représentant de cette personne » ;

48étape 3 : stand for someone « être à la place de quelqu’un ».

« pour le prix de… »

(26) Eage for eage and toþ for toþ. (Évangile, Corpus, Mt V, 38)
Œil pour œil, dent pour dent.

« pour, en faveur de… »

(27) And Drihten fiht for eow. (Exode, XIV, 14)
Et le Seigneur a combattu pour vous.

3. 3. 2. Évolution

  • 36 Ils ne figurent pas, du moins, dans la liste des sens du for moyen-anglais proposée par le MED. C’e (...)
  • 37 Selon Mustanoja (1960 : 383).

49En moyen-anglais, ces emplois abstraits se maintiennent. Les sens spatial et temporel de « devant » et « avant », quant à eux, disparaissent36. C’est, en revanche, au cours de la période moyen-anglaise qu’apparaissent les premières attestations de for introduisant une durée, un emploi que nous avons vu illustré dans for that one instant of held breath. Après être resté longtemps confiné à des expressions figées de type « for ever », cet emploi ne se répand véritablement qu’à la fin du XIVe siècle37 :

(28) Thus with hir fader for a certein space
Dwelleth this flour of wifly pacience.
(Chaucer, CT, Clerk, v. 918-919 )

Chez son père, donc, demeure un certain temps
Cette fleur, ce modèle de patience conjugale.

  • 38 Exemple emprunté à Buridant (2000 : 495).

50Cette évolution s’explique en partie par l’influence de constructions françaises du type par ix jours, « pendant neuf jours »38. Il est probable, cependant, qu’elle a eu pour point de départ des phénomènes internes à la langue anglaise.

51Les trois emplois qui ont fait l’objet de cette présentation – by introduisant un complément d’agent, of unissant caractéristique et objet caractérisé et for introduisant une durée – sont tous apparus pendant la période moyen-anglaise. Même s’il est légitime de postuler une influence du français dans ces évolutions, il ne fait guère de doute qu’elles résultent de processus spontanés, internes à la langue anglaise. Or, si l’on conçoit facilement un glissement du by instrumental au by introducteur de complément d’agent, on comprend moins aisément pourquoi of, marqueur de dissociation en vieil-anglais, en est venu au XIIe siècle à concurrencer le génitif, jusque-là marqueur privilégié de la relation internominale. On saisit mal, en outre, par quel mécanisme for a acquis le sens de « depuis ». À ces questions les grammaires historiques ne donnent pas de réponse satisfaisante. Sur ces points comme sur beaucoup d’autres, les théories linguistiques nées de l’observation de l’anglais moderne pourraient apporter des éclairages nouveaux. Il n’est pas interdit de penser, en retour, qu’elles puissent bénéficier de cette exploration dans le passé. Elles trouveraient là, en effet, l’occasion d’éprouver la solidité et l’efficacité des outils d’analyse dont elles se sont dotées.

Haut de page

Bibliographie

Bennett J. A. W. et Smithers G. V. (1968). Early Middle English Verse and Prose, Oxford, Clarendon Press.

Buridant C. (2000). Grammaire nouvelle de l’ancien français, Paris, SEDES.

Carruthers L. (1996). L’Anglais médiéval. Introduction, textes commentés et traduits, Turnhout, Brepols, coll. « L’Atelier du médiéviste », 1996.

Crépin A. (1991). Beowulf : édition diplomatique et texte critique, traduction française, commentaires et vocabulaire vol. 2, Göppingen, Kümmerle Verlag.

Crépin A. (1994) Deux mille ans de langue anglaise, Paris, Nathan, coll. « Nathan Université ».

Crépin André (2000). Chaucer. Les Contes de Canterbury, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique ».

Gâtelais S. (2006). « Quelques remarques sur la grammaticalisation de of », in Complétude, cognition, construction linguistique, Claude Delmas (éd.), Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle.

Getliffe P. (1999). Verbes prépositionnels et verbes à particule, Paris, Ellipses, 1999.

Godefroy F. (1881-1902). Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, Paris, F. Vieweg, Émile Bouillon.

Groussier M.-L. (1984). Le système des prépositions dans la prose en vieil-anglais, thèse d’état, Université Paris 7.

Groussier M.-L. (1990). « La polysémie de of en vieil anglais et la métaphore spatialisante », in Historical Linguistics 1987, Henning Andersen et Konrad Koerner (éds), Amsterdam, Philadelphie, John Benjamins, coll. « Current Issues in Linguistic Theory », 211-230.

Iglesias-Rábade L. (2011). Semantic Erosion of Middle English Prepositions, Francfort, Berlin, Peter Lang, coll. « Studies in English Medieval Language and Literature ».

Kurath H. et Kuhn S. (éds) (1954-2001). Middle English Dictionary (MED), Ann Arbor, University of Michigan Press. En ligne à l’URL suivant : http://quod.lib.umich.edu/m/med/

Lass R. (1992). « Phonology and Morphology », in The Cambrige History of the English Language, vol. 2, 1066-1476, Norman Blake (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 23-154.

Lundskaer-Nielsen T. (1993). Prepositions in Old and Middle English. A Study of Prepositional Syntax and the Semantics of At, In and On in some Old and Middle English Texts, Odense, Odense University Press, coll. « Nowele ».

Mitchell B. (1985). Old English Syntax, vol. 1, Oxford, Clarendon Press.

Mustanoja T. (1960). Middle English Syntax, Part I, Helsinki, Société Néophilologique, 345-346.

Peitsara K. (1992). « On the Development of the by -agent in English », in A History of Englishes: New Methods and Interpretations in Historical Linguistics, Matti Rissanen (éd.), Berlin, New York, Mouton de Gruyter, coll. « Topics in English linguistics », 1992, 379-400.

Stévanovitch C. (éd.) (1992). La Genèse du manuscrit Junius XI de la Bodléienne. Édition, traduction et commentaire, vol. 2, Paris, A.M.A.E.S.

Haut de page

Annexe

Textes vieil-anglais et moyen-anglais cités

Vieil-anglais

Andreas

The Vercelli Book, éd. G. P. Krapp, New York, Columbia University Press, ASPR 2, 1932, p. 3-51.

Beowulf

Beowulf : édition diplomatique et texte critique, traduction française, commentaires et vocabulaire, éd. André Crépin, 2 vol. , Göppingen, Kümmerle Verlag, 1991.

Chronique Parker:

Two of the Saxon Chronicles Parallel, éd. John Earle, Charles Plummer, Oxford, Clarendon Press, 1892-1899.

Évangile, Corpus

The Holy Gospels in the Anglo-Saxon, Northumbrian and old Mercian Versions, éd. William Skeat, Cambridge, Cambridge University Press, 1871-1887.

Exode

The Old English Version of the Heptateuch, Ælfric’s Treatise on the Old and New Testament and his Preface to Genesis, éd. S. J. Crawford, Londres, Oxford University Press, EETS OS 160, 1922, p. 212-285.

Genèse

The Old English Version of the Heptateuch, Ælfric’s Treatise on the Old and New Testament and his Preface to Genesis, éd. S. J. Crawford, Londres, Oxford University Press, EETS OS 160, 1922, p. 81-211.

GenèseA

La Genèse du manuscrit Junius XI de la Bodléienne. Édition, traduction et commentaire, éd. Colette Stévanovitch, 2 vol. , Paris, A.M.A.E.S., 1992.

GuthlacA

The Exeter Book, , éd. G. P. Krapp, E. V. K. Dobbie, New York, Columbia University Press, ASPR 3, 1936, p. 49-88.

Homélies de Blickling

The Blickling Homilies of the Tenth Century, éd. Richard Morris, Londres, Oxford University Press, EETS OS 58, 63 et 73, 1874–80.

Homélies de Lambeth

Old English Homilies, I, éd. Richard Morris from MS Lambeth 487, Londres, Oxford University Press, EETS OS 29 et 34, 1867-1868.

Orose

The Old English Orosius, éd. Janet Bately, Oxford, Oxford University Press, EETS SS 6, 1980.

Psautier de Paris

The Paris Psalter and the Meters of Boethius, éd. G. P. Krapp, E. V. K. Dobbie, New York, Columbia University Press, ASPR 5, 1932.

Wulfstan

The Homilies of Wulfstan, éd. Dorothy Bethurum, Oxford, Oxford University Press, 1957.

Moyen-anglais

XIIe-XIIIe siècles

Chronique de Peterborough 1132-1154

The Peterborough Chronicle, edited from MS Bodley Laud Misc. 636, éd. Cecily Clark, Oxford, Oxford University Press, 1958.

Seinte Iuliene

Þe Liflade ant te Passiun of Seinte Iuliene, éd. S. T. R. O. dArdenne, Paris, Droz, 1936.

Sawles Warde

Sawles Warde: an Early Middle English Homily, éd. R. M. Wilson, K. T. Wilson, Leeds, Bruce Dickins, 1938.

XIVe siècle

Chaucer, CT, Franklin

The Franklin’s Tale, dans The Riverside Chaucer, 3e édition, éd. Larry Benson, Oxford, Oxford University Press, 1987, p. 178-189.

Chaucer, CT, Clerk

The Clerk’s Tale, dans The Riverside Chaucer, 3e édition, éd. Larry Benson, Oxford, Oxford University Press, 1987, p. 138-153.

Haut de page

Notes

1 Pour la syntaxe des prépositions et des groupes prépositionnels en vieil-anglais et en moyen-anglais, voir Lundskaer-Nielsen (1993 : 17-79 et 113-132).

2 Perspectives diachronique et synchronique sont notamment réunies dans les ouvrages proposés dans la collection « Les Essentiels de la grammaire anglaise » éditions Ellipses et, concernant plus spécifiquement les prépositions, dans Getliffe (1999).

3 Ce tableau constitue une version simplifiée de la grille proposée par Crépin (1994 : 63). Dans la colonne de droite, qui caractérise les états de langue, n’ont été retenus que les éléments pertinents dans le cadre de notre propos. Ont été omises, en particulier, les données qui concernent les évolutions morphologiques du groupe verbal.

4 Voir à ce sujet Bennett et Smithers (1968).

5 Selon Lass (1992), en particulier p. 90.

6 Le Middle English Dictionary ou MED peut être consulté en ligne à l’URL suivant : http://quod.lib.umich.edu/m/med/

7 Le West Saxon est l’un des dialectes du vieil-anglais. C’est en West Saxon qu’ont été rédigées la plupart des œuvres littéraires de la période vieil-anglaise qui nous sont parvenues.

8 Voir Mustanoja (1960 : 345-346).

9 Traduction empruntée à André Crépin (2000 : 364).

10 Voir à ce sujet Mitchell (1985 : § 811) et Groussier (1984 : 734-735).

11  Groussier (1984 : 725).

12 Groussier (1984 : 729).

13 Traduction empruntée à Stévanovitch (1992 : 293).

14 Pour une étude de l’évolution des emplois de bi/by en moyen-anglais, voir Iglesias-Rábade (2011 : 43-44, 113-114, 133, 146-160 et 198). Fondé sur des statistiques réalisées à partir du Helsinki Corpus of Middle English», l’ouvrage rend également compte des évolutions qui affectent above, after, at, bifore, bihinde, biside, in, on, over, thurgh et under.

15 Cité par Groussier (1984 : 733).

16 Selon Mustanoja (1960 : 373-374).

17 Pour ces trois expressions, voir Godefroy (1881-1902), s. v. « force », « guile » et « sairment ».

18 Ces expressions sont tirées du MED, s. v. « force », « guile » et « oth ». Pour d’autres exemples, voir Iglesias-Rábade (2011 :113-114 et 146-158).

19 Sur les prépositions employées pour introduire le complément d’agent en vieil-anglais, voir Mitchell (1985 : § 815 (« fram »), 820 (« mid »), 822 (« of ») et 827-829 (« þurh »)). Sur l’évolution du système pendant la période moyen-anglaise, voir Mustanoja (1960 : 385-386 (« from »), 394 (« mid »), 397 (« of »), 408 (« thurgh »)).

20 D’après Peitsara (1992 : 379-400, et plus particulièrement 398).

21 Voir sur ce point Peitsara (1992 : 388). Sur l’emploi de par pour introduire le complément d’agent en ancien français, voir Buridant (2000 : 476, § 382).

22  Exemple et traduction empruntés à Buridant, ibid.

23 Pour une étude de l’origine et des sens de la préposition of en vieil-anglais, on pourra consulter, outre sa thèse (349-372), l’article de Groussier (1990 : 211-230).

24 Selon Lundskaer-Nielsen (1993 : 89).

25  Sur ce terme, voir Gâtelais (2006 : 115).

26 Le phénomène est sensible, en particulier, dans la Chronique de Peterborough, dont la rédaction s’étend 1070 à 1154 (voir Gâtelais, 2006 : 115-119).

27 Énoncé cité par Gâtelais (2006 : 116).

28 Traduction empruntée à Carruthers (1996 :164).

29 Sur ce sujet, voir les réserves émises par Gâtelais (2006 : 118-119).

30 Selon l’OED, s. v. « off ».

31 Voir Groussier (1984 : 288).

32 Selon Groussier (1984 : 291-295).

33 Exemple et traduction empruntés à Groussier (1984 : 296).

34 Traduction empruntée à Crépin (1991 : 832).

35 Voir Mustanoja (1960 : 378).

36 Ils ne figurent pas, du moins, dans la liste des sens du for moyen-anglais proposée par le MED. C’est before qui assumera les sens de « devant » et « avant » pendant toute la période moyen-anglaise. La préposition in front of ne fera son entrée dans la langue anglaise qu’ au XVIIe siècle (cf. OED, s. v. « front », II.10).

37 Selon Mustanoja (1960 : 383).

38 Exemple emprunté à Buridant (2000 : 495).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Mathieu, « Regard sur l’histoire de quelques prépositions de l’anglais contemporain :
apport de la diachronie 
 », Corela [En ligne], HS-22 | 2017, mis en ligne le 19 juin 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://corela.revues.org/4937 ; DOI : 10.4000/corela.4937

Haut de page

Auteur

Anne Mathieu

Université Montpellier 3
Equipe IDEA, Université de Lorraine
anne.mathieu@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Corela – cognition, représentation, langage est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • Revues.org