Navigation – Plan du site

« Construction directe » vs « construction indirecte » :
quelle interprétation sémantique dans la relation de possession en bété ?

François Blé KIPRÉ

Résumés

Cet article décrit les valeurs sémantiques qui, en langue bété, caractérisent une opposition syntagmatique très répandue en Afrique et ayant fait l’objet de plusieurs travaux depuis des décennies : la détermination nominale directe / indirecte. Certaines études dans ce domaine se sont focalisées sur la recherche d’un trait sémantique unique dont la présence ou l’absence déterminerait le choix entre deux constructions génitivales concurrentes : la construction « directe » qui traduirait la possession inaliénable et la construction « indirecte » qui exprimerait la possession aliénable.
Le présent article a deux objectifs : il vise tout d’abord à montrer que la dichotomie « possession inaliénable » vs « possession aliénable » peut s’exprimer en dehors du syntagme génitival ; il invite ensuite à abandonner, dans la description de la relation de possession dans les langues africaines, l’idée qu’il puisse exister un trait sémantique unique qui permettrait de prédire les différentes constructions du syntagme génitival.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il existe une littérature abondante sur la détermination nominale directe / indirecte dans les langues africaines issues, pour la plupart, de la famille Niger-Congo (Boyeldieu, 1987 ; Boyeldieu & Cloarec-Heiss, 1989). Dans cette problématique, certains auteurs se sont particulièrement intéressés à la dichotomie possession aliénable / possession inaliénable (Creissels, 1991 et 2009 ; Camargo, 2002 ; Moñino, 2002 ; Gadou, 2014). Cette opposition conceptuelle est matérialisée par deux types de construction possessive distincts : d’une part, une construction directe qui est la marque de la possession inaliénable et au sein de laquelle les deux pôles de la possession, le possesseur et le possédé, sont simplement juxtaposés ; d’autre part, une construction indirecte, qui est la marque de la possession aliénable où le possesseur et le possédé sont reliés par un marqueur de possession, un connecteur. Généralement, le possédé de la construction directe a pour référent un nom de parties du corps ou de parenté, alors que celui de la construction indirecte renvoie à tous les autres noms.

2Le bété, langue kru de Côte d’Ivoire, connaît également l’opposition conceptuelle possession aliénable/possession inaliénable. Pour rendre compte de la notion d’inaliénabilité, la langue permet de formuler la relation de possession en dehors du syntagme génitival. Elle met en jeu d’autres procédés syntaxiques, notamment des constructions prédicatives. Nous verrons qu’au-delà de la distinction classique possession aliénable/ possession inaliénable, bien d’autres oppositions conceptuelles telles que l’opposition relation / absence de relation entre le procès et la norme sociale, l’opposition relation étroite / relation lâche entre le procès et le possesseur (celui qui est affecté par le procès) sont mises en exergue. Dans ce qui suit, nous appellerons « constructions directes » les constructions prédicatives au sein desquelles le terme ayant pour référent le « possédé » apparaît dépourvu de marque de possession et « constructions indirectes » celles au sein desquelles le terme ayant pour référent le « possédé » est accompagné d’une telle marque.

3Mais avant, nous décrirons, à partir de quelques exemples, la structure du syntagme génitival en bété ; ceci nous permettra d’illustrer au mieux les oppositions conceptuelles induites par l’opposition constructions directes / constructions indirectes.

1. Structure du syntagme génitival

  • 1 Le connecteur V est une voyelle à ton haut qui se réalise sous différentes formes, en fonction de l (...)

4L’expression d’une relation de possession entre deux substantifs N1 + N2, ou entre un substantif et un pronom, substitut nominal, suit toujours en bété l’ordre déterminant + déterminé. Les deux termes de la construction génitivale sont reliés par un connecteur V, qui apparaît sous la forme d’une voyelle. Ce connecteur est phonologiquement lié au génitif, terme déterminant, puisque sa forme varie en fonction du timbre de la dernière voyelle du déterminant1. La structure canonique du syntagme génitival se présente comme suit : N1 (Dt) + V (Con) + N2 (Dé).

5Tous les noms, y compris ceux qui désignent les parties du corps et la parenté, peuvent assumer la fonction de déterminé au sein du syntagme génitival.

1.1. Le syntagme : pronom + N2

6Au sein du syntagme génitival, le nom en position de N2 peut être déterminé par un pronom, substitut de N1.

  • 2 Comme la plupart des langues kru, le bété est une langue à classes nominales. Les systèmes de class (...)

7Dans les langues kru, les pronoms possessifs sont analysés comme la succession d’un pronom sujet et du connectif V qui relie N1 et N2 au sein du syntagme génitival (voir exemples en (1)). A propos de la structure des pronoms possessifs des langues kru, Marchese (1983 : 228) écrit « Si nous considérons les formes possessives en déwoin, en wobé (2ème et 3ème personnes du pluriel), en dida et en godié (1ère et 2ème personne du singulier), nous pouvons dégager un morphème a comme marque du possessif. Bien sûr dans beaucoup de cas, celui-ci s’assimile à la voyelle précédente. Nous avons déjà vu dans la section sur les constructions nom + nom qu’il existe dans la plupart des langues kru une particule associative a qui indique un rapport de possession. Ainsi, la composition de la construction Poss + Nom serait Poss + Assoc + Nom. » Nous indiquons ici que les formes des pronoms possessifs des troisièmes personnes du singulier et du pluriel correspondent aux différents marqueurs de classes nominales de la langue2. Par ailleurs, les pronoms possessifs des classes ɔ, ɷ, ɛ et ı s’assimilent à la voyelle/ aux voyelles + ATR du nom qu’ils déterminent et se réalisent [ó, ú, é, í] respectivement.

1.2. Syntagme génitival et base nominale complexe

8Il est important de différencier le syntagme génitival d’une autre construction déterminative ; il s’agit de la base nominale complexe N + N constituée par la juxtaposition de deux noms. Les exemples du bambara (voir Creissels, 1991 : 110) : mùsó ká sà̰bárâ « la chaussure de la femme » et mùsò-sá̰bárá « chaussure de femme » décrivent les deux types de construction déterminative. La première construction, considérée comme l’adjonction d’un déterminant mùsó ká « de la femme » au substantif sà̰bárá « chaussure », est un syntagme génitival, alors que la seconde mùsò-sá̰bárá « chaussure de femme » est considérée comme une base nominale complexe.

9La base nominale complexe décrit une relation déterminative entre le terme déterminant et le terme déterminé, qui n’est pas une relation d’appartenance mais plutôt une relation où N1 permet de caractériser, d’identifier N2. Contrairement à la base nominale complexe qui constitue un nominal unique, le syntagme génitival est extensible au niveau des deux termes qui le composent. Ceux-ci conservent leurs paradigmes complets dans la mesure où ils sont pluralisables et qu’on peut leur adjoindre des déterminants (voir exemples (3g) et (3h)). Les exemples ci-dessous permettent de distinguer le syntagme génitival et la base nominale complexe en bété.

10La base nominale complexe telle que décrite ci-dessus doit être distinguée de la construction génitivale N1 + N2 dite directe qui, par opposition à la construction N1 + Con + N2 dite indirecte, illustre, dans les langues africaines qui attestent les deux constructions concurrentes, le caractère inaliénable de la possession. . Voir les exemples du bambara, Creissels (2009 : 14) et du yowlè, Gadou (2014 : 156), ci-dessous :

11Si en bambara les constructions « directe » et « indirecte » manifestent l’opposition conceptuelle respectivement entre « possession inaliénable » et « possession aliénable », en yowlè en revanche Gadou (2014) propose de rendre compte des deux constructions déterminatives en termes de « localisation symétrique » ou d’« identification » (en l’absence du morphème entre le terme possesseur et le terme possédé) et de « localisation dissymétrique » ou de « différenciation » (lorsqu’intervient entre le terme possesseur et le terme possédé le morphème ). Autrement dit, il n’y a pas de figement de la nature de la relation dans les constructions déterminatives, si bien que pour une même séquence de termes, la relation peut être soit de « localisation symétrique » soit de « location dissymétrique ». Ci-dessous, les exemples numérotés (8), (13) et (15) décrivent une relation de « localisation symétrique » ou d’« identification » tandis que les exemples (10), (13’) et (15’) décrivent une relation de « localisation dissymétrique » ou de « différenciation » (Gadou 2014 :158-159).

12Contrairement au bambara et au yowlè la construction inaliénable en bété n’est pas un syntagme génitival du type N+N, mais une construction prédicative où les termes référant au possesseur et au possédé assument différentes fonctions syntaxiques.

2. Les fonctions de N1 et N2 au sein de la construction prédicative

13Nous distinguons les constructions prédicatives au sein desquelles le terme référant au possesseur est le sujet du verbe alors que celui référant au possédé assume la fonction d’objet et les constructions prédicatives où les termes ayant pour référents le possesseur et le possédé assument la fonction d’objet.

2.1. N1 (possesseur) en fonction sujet et N2 (possédé) en fonction objet

14Dans une telle construction prédicative, le terme ayant pour référent le possesseur assume la fonction de sujet tandis que celui ayant pour référent le possédé assume la fonction d’objet. Cette construction correspond aux tournures du français « Jean croise les bras », « Jean secoue la tête ». Dans ces énoncés, il n’existe pas formellement de rapport de possession entre « Jean » et « bras », entre « Jean » et « tête », mais tout locuteur du français comprendra que Jean croise ses propres bras et Jean secoue sa propre tête.

15Considérons les énoncés suivants du bété :

16Dans l’énoncé a), qui est une construction directe, il apparaît évident que le chien remue sa propre queue. De même l’énoncé b) signifie sans ambigüité que l’homme secoue sa propre tête. Quelle interprétation reçoivent ces énoncés lorsqu’on y introduit une marque de possession devant le nom en fonction objet (N2) ? Considérons donc les énoncés suivants :

17L’énoncé a’) au sein duquel le possédé (queue) est précédé d’une marque de possession, prête à équivoque. Il peut signifier que le chien remue sa propre queue, mais il peut tout aussi bien signifier que le chien secoue une queue quelconque, celle d’une proie qu’il aurait arrachée, par exemple.

18L’énoncé b’) peut également s’interpréter de deux manières : soit l’homme secoue sa propre tête, soit il secoue une tête quelconque, par exemple celle d’un gibier qui est devenue sa propriété après le partage du gibier.

19L’insertion d’une marque de possession dans les énoncés a’) et b’) suggère un certain éloignement respectivement entre les possesseurs gwí « chien » et níkpē « homme » et les possédés gə̀jí « queue » et wlű « tête ». En effet, la queue étant une partie inaliénable du chien, la tête une partie inaliénable de l’homme, la marque de possession n’est normalement pas nécessaire dans : « Le chien remue la queue » et « L’homme secoue la tête ». D’où l’effet de sens d’éloignement provoqué par la présence de cet élément (marque de possession) entre le possesseur et le possédé.

20Pour que les énoncés a’) et b’) se comprennent sans équivoque comme les énoncés a) et b), ils doivent être davantage précisés par le déterminant ɟí « même », comme ci-dessous :

2.2. N1 (possesseur) et N2 (possédé) en fonction objet

21Cette construction équivaut à la tournure du français : « Je l’atteignis à l’épaule », (littéralement : « j’atteignis lui l’épaule ») tirée de Jacquinod (1981 : 13). Cet auteur parle du double accusatif, le verbe atteindre régissant deux compléments d’objet, en l’occurrence « lui » qui représente le possesseur et « épaule », qui représente le possédé.

22Une distinction s’opère au niveau des termes déterminés désignant les parties du corps : d’un côté, nous avons les parties inaltérables du corps telles que la tête, le cou, les bras, les mains, les pieds etc., et de l’autre les parties altérables du corps comme les cheveux, les ongles, la barbe, le prépuce, le bout du nombril. Les premières, qui constituent des éléments constitutifs de l’individu, sont considérées comme des entités inaliénables. Les secondes, en revanche, qui sont certes liées au corps mais qui n’en sont pour autant pas des éléments constitutifs, sont perçues comme des entités aliénables.

2.2.1. Les parties inaltérables du corps

23Avec les noms de parties du corps constitutives de l’individu, les deux types de constructions (directes et indirectes) sont admis.

2.2.1.1. Construction directe

24Syntaxiquement, la construction directe se caractérise par la juxtaposition des termes possesseur et possédé. Par la construction directe, le locuteur indique que l’acte posé sur une partie du corps appartenant à X affecte directement X.

25Le cou est considéré comme un élément constitutif de Bahi. L’acte de « trancher le cou » vise la personne de Bahi, pas le cou qui n’est qu’une partie de Bahi. Trancher le cou à Bahi équivaut à le séparer d’une partie de son corps.

26Séri a amputé Bahi d’une jambe : Bahi est séparé d’une des parties de son corps. L’amputation est un acte subi par Bahi à un endroit de son corps, ici la jambe. Cet acte affecte en premier lieu Bahi, est dirigé contre lui. La jambe est perçue comme une partie de Bahi dont on le sépare.

27L’action exprimée par le verbe vise le possesseur. Fracturer le bras à Bahi signifie qu’on cause une fracture à un endroit de son corps qui est ici le bras ; si bien que la fracture est ressentie comme une peine infligée à Bahi, même si c’est le bras qui constitue la partie du corps où se réalise la fracture.

2.2.1.2. Construction indirecte

28Lorsque l’acte posé n’affecte qu’une partie de la partie du corps appartenant à X, on utilise la construction indirecte. On pourrait dire que X n’est pas directement affecté par l’acte posé, même si une partie de son corps subit cet acte. Syntaxiquement, la construction indirecte se caractérise par la présence d’une marque de possession, un connectif (Con), entre le terme possesseur et le terme possédé.

29Ici, l’acte de « couper » ne concerne pas directement l’enfant, mais plutôt sa main. L’idée qu’on retient ici est que l’enfant n’a pas été amputé de sa main dans son entièreté, mais d’une partie de la main. C’est donc la main qui est directement affectée par l’acte posé.

30Avec la construction indirecte comme en (7d), on pourrait même imaginer que le bras qui est coupé en deux est déjà détaché de Bahi ; si bien que ce dernier n’est pas visé par l’acte subi par son bras. Il est aussi important de souligner que la langue n’utilise pas la construction directe pour décrire un acte posé sur une partie quelconque d’un corps inerte, d’un cadavre. Par exemple, on ne dira pas * ɔ́ jέ gàzɛ̄ sɔ́ ka̋tɛ̄ (construction directe), mais plutôt ɔ́ jέ gàzέ έ sɔ́ ka̋tɛ̄ (construction indirecte) « Il a cassé le bras du cadavre ». Ceci revient à dire qu’on n’emploie la construction directe que lorsque le possesseur est directement affecté par l’acte posé vis à vis du possédé.

31Un certain nombre de verbes ne peuvent s’employer que dans des constructions indirectes. Il s’agit des verbes qui expriment l’idée de « partition partielle ». Par exemple, les verbes dì mʉ̋ « couper en deux » et kla̋ « taillader » ne peuvent s’employer dans des constructions directes. Les énoncés ci-dessous ne sont donc pas admis dans la langue : * ɔ́ jέ bàjí ɓώ kla̋ « Il a tailladé la jambe de Bahi », * ɔ́ jέ bàjí sɔ́ mʉ̋ dì « Il a coupé le bras de Bahi en deux ». Seule la présence d’une marque de possession entre N1 (possesseur) et N2 (possédé) peut valider ces énoncés, comme en (7c) et (7d).

32Le sens même du verbe dì mʉ̋ « couper en deux morceaux » suggère qu’on doive admettre que ce n’est qu’une partie du bras qui est séparée de Bahi et non tout le bras. On retiendra donc qu’on ne coupe pas une partie de Bahi, mais plutôt une partie de son bras.

33Le verbe kla̋ « taillader » suggère qu’une partie de Bahi, notamment son bras, et non Bahi lui-même, subit l’acte de taillader. La partie qui est concernée par l’acte de « taillader » est une partie du bras de Bahi. L’idée qui ressort ici est que l’acte de « taillader » n’affecte pas directement Bahi ; c’est le bras de Bahi qui est directement affecté, même si Bahi doit en ressentir la douleur.

34En comparant les exemples en (6) et en (7), notamment (6b) à (7b), (6c) à (7a), on peut interpréter le choix de la construction directe ou de la construction indirecte en termes de stratégies discursives mises en jeu par le locuteur pour nuancer la portée de l’évènement ou de l’action décrite par le verbe, autrement dit pour mettre en relief l’entité affectée par l’action ou l’évènement. Ainsi, dans la construction directe marquée par l’absence de la marque de possession entre le terme possesseur et le terme possédé, l’entité affectée est le référent du possesseur lui-même. Dans la construction indirecte, le morphème de possession intervient comme un marqueur de distance, de décalage du terme possesseur par rapport à l’entité affectée, visée par l’action ou l’évènement, cette entité étant perçue comme rattachée à la sphère personnelle du référent du terme possesseur.

2.2.2. Les parties altérables du corps

35On trouve la construction indirecte avec les termes désignant les parties altérables qui sont certes liés au corps de l’individu, mais qui ne sont pas directement rattachés à celui-ci. Par exemple, pour désigner les cheveux ɲúkō on utilise l’expression wlı̋já á ŋúkō « les cheveux sur la tête » ; pour désigner le prépuce on dira sríɟı̋ é kú « la peau au bout du pénis ». Le caractère aliénable de ces parties du corps est matérialisé par la construction indirecte ; au sein d’une telle construction, le terme désignant la partie du corps qui constitue le déterminé, est relié au terme désignant le possesseur par un connecteur.

36Les deux derniers exemples illustrent bien la distinction établie plus haut entre parties inaltérables du corps et parties altérables du corps. Dans l’énoncé en (8d), il est question de l’acte de circoncision qui consiste à tailler le prépuce, et non à couper le pénis lui-même. De même, dans l’énoncé en (8e) il ne s’agit pas de couper le nombril qui est une partie inaltérable du corps, mais plutôt le cordon ombilical qui constitue une partie altérable du corps. En l’absence d’une marque de possession, les énoncés (8d) et (8e) se traduiraient respectivement « Il a coupé le pénis de l’enfant » et « Il a coupé le nombril de l’enfant »

37Avec les parties altérables du corps, la construction directe est impossible. Les énoncés suivants ne sont donc pas admis dans la langue : * ɔ́ jέ bàjí ɲúkō wɷ̋ dì « Il a coupé les cheveux de Bahi », * ɔ́ jέ bàjí və́nímá kpālì « Il a rasé la barbe de Bahi »

38Cependant, lorsque le possesseur est celui-là même qui accomplit l’acte sur une partie de son corps, on a une construction directe. Ces constructions sont identiques à celles décrites dans les exemples 5a) et 5b) au chapitre 2. Au-delà de la distinction altérable / inaltérable, la distance entre le possesseur et le possédé est ici prise en compte : autrui peut voir une distance entre la personne et ses cheveux, ses ongles ou sa barbe tandis que pour soi-même on voit le fait que cela fait directement partie de soi ; il y a donc une relation étroite entre le possesseur et le possédé qui impose la construction directe.

3. Autres oppositions conceptuelles

39Outre la dichotomie « possession aliénable » vs « possession inaliénable », la distinction construction directe / construction indirecte induit d’autres oppositions conceptuelles, notamment l’opposition relation / absence de relation entre le procès et la norme sociale et l’opposition relation étroite / relation lâche entre le procès et celui qui en est affecté, le possesseur.

3.1. Relation ou non entre le procès et la norme sociale

40Il y a relation entre le procès et la norme sociale lorsqu’un acte est posé dans un but précis et que la valeur de cet acte est comprise et acceptée de tous, en somme, lorsqu’il s’agit d’un acte conforme aux habitudes de la communauté. En revanche, il n’y a pas de relation entre le procès et la norme sociale si l’acte posé est accidentel, voire fortuit et peut même heurter l’entendement. La distinction relation / absence de relation entre le procès et la norme sociale est marquée formellement par l’emploi d’une construction directe caractérisée par l’absence d’une marque de possession entre le terme possesseur et le terme possédé, par opposition à la construction indirecte caractérisée par la présence d’une marque de possession entre le terme possesseur et le terme possédé.

41Il s’agit ici d’un acte bien pensé, qui s’inscrit dans une intention bien précise, celle de dressage par exemple. On coupe la queue du chien pour en faire un chien docile et intrépide ; ici, l’acte qui consiste à couper la queue du chien n’est pas un acte fortuit.

42Il s’agit d’un acte fortuit qui n’a aucune motivation sociale. Cet acte peut même paraître insolite dans la mesure où il ne s’inscrit pas dans une intention précise. Ici, l’acte qui consiste à couper la queue du chien peut s’interpréter comme un acte cruel, parce que fortuit.

43Cela veut dire que l’enfant a déféqué et on l’a nettoyé. Il s’agit d’un acte précis, conforme aux habitudes de la société. Quand l’enfant défèque, il est normal de le nettoyer.

44Cet acte apparaît comme un acte occasionnel : ici, il n’est pas précisé que l’enfant a été nettoyé parce qu’il a déféqué. On peut nettoyer l’anus de l’enfant parce qu’il s’est sali ou s’est blessé à cet endroit.

3.2. Relation étroite / relation lâche entre le procès et le possesseur

45La distinction construction directe / construction indirecte induit également celle de relation étroite / relation lâche entre le procès et celui qui en est affecté, relation marquée, de façon symbolique, sur le plan syntaxique, par le biais de la relation possesseur / possédé.

46Ici, le locuteur veut souligner le fait que la mort de cet enfant est ressentie comme une grande perte pour Bahi. Cette construction met aussi en exergue l’intention de l’auteur de la mort de l’enfant de Bahi, qui est celle de faire souffrir le père (Bahi) en tuant son fils. Ici, l’information ne porte pas tellement sur la mort de l’enfant, mais plutôt sur la souffrance qu’endure Bahi, le père, face à cette mort.

47La mort de l’enfant de Bahi est une information qui n’apporte aucune précision sur les émotions du père (Bahi), pas plus qu’elle ne révèle l’intention de celui qui a tué l’enfant de Bahi. On pourrait classer cette information dans la rubrique des faits divers. L’énonciateur donne une information qu’on peut qualifier de neutre. La portée de l’action décrite par le verbe se concentre sur le possédé, l’enfant et non sur le possesseur, Bahi.

48On souligne ici la grandeur de l’acte posé par l’enfant en construisant une maison à son père : la valeur symbolique de la maison qui témoigne de l’affection que l’enfant porte à son père, la fierté et la joie qu’éprouve également le père vis-à-vis de ce don.

49L’information contenue dans cet énoncé ne souligne pas l’intention de l’enfant qui veut faire plaisir à son père en lui construisant une maison. Elle indique seulement que l’enfant a construit la maison du père ; rien n’indique également qu’il a construit cette maison avec ses propres moyens. Il a construit la maison de son père, comme l’aurait fait un maçon qui reçoit en contrepartie une rémunération. En plus, rien n’indique que cette maison sera habitée par le père lui-même ou qu’elle sera mise en location ; pour tout dire, la maison dont il est question ici constitue une propriété ordinaire à laquelle le père n’est pas particulièrement attaché.

Conclusion

50L’opposition conceptuelle possession inaliénable / possession aliénable ne se matérialise pas en bété par la distinction construction directe / construction indirecte au niveau du syntagme génitival comme c’est le cas dans bien de langues africaines. Cette langue a plutôt recours à des constructions prédicatives où les termes référant au possesseur et au possédé assument différentes fonctions syntaxiques (sujet, objet). Au sein de ces constructions prédicatives, le terme référant au possédé peut apparaître soit dépourvu de toute marque de possession, soit accompagné d’une marque de possession. Dans le premier cas, nous parlons de construction directe et dans le second, de construction indirecte. De façon générale, la construction directe décrit la possession inaliénable tandis que la construction indirecte renvoie à la possession aliénable. Mais au-delà de l’opposition conceptuelle classique possession aliénable / possession inaliénable, la distinction construction directe / construction indirecte peut induire bien d’autres interprétations sémantiques. C’est ainsi qu’un acte posé sur le référent du terme possédé peut se révéler conforme à la norme sociale lorsque cet acte est décrit par une construction directe. Ce même acte sera considéré comme un acte accidentel, fortuit lorsqu’il est décrit par une construction indirecte. De même, l’emploi de la construction directe indique que la portée de l’action exprimée par le verbe est centrée sur le référent du possesseur et non sur celui du possédé ; ce qui révèle l’existence d’une relation étroite entre le procès et le possesseur, c’est –à-dire celui-là même qui est affecté par ce procès.

51Quelle que soit l’opposition conceptuelle induite par l’opposition structurelle construction directe / construction indirecte, on peut retenir que le choix de l’une ou l’autre construction constitue une stratégie discursive mise en jeu par le locuteur pour mettre en relief l’entité (possesseur ou possédé) affectée par l’action ou l’évènement exprimé par la construction prédicative.

Liste des abréviations

521Pl = Pronom, première personne du pluriel
1Sg = Pronom, première personne du singulier
3Pl = Pronom, troisième personne du pluriel
3Sg = Pronom, troisième personne du singulier
Cl. = Classe nominale
Con = Connecteur
N = Nom
Part-V = Particule verbale
Perf = aspect perfectif
Poss = Pronom possessif
Prog = aspect progressif
V = Voyelle

Haut de page

Bibliographie

Boyeldieu, P., 1987, « Introduction ». In Pascal Boyeldieu éd., La maison du chef et la tête du cabri, Paris : Geuthner, 11-21.

Boyeldieu, P. & F. Cloarec-Heiss, 1989, « Les déterminations « directe » et « indirecte » du nom dans les langues d’Afrique centrale ». Linguistique africaine, 5-20.

Camargo, E., 2002, « Aspects de la morphologie apalai dans les constructions d’appartenance ». Amerindia n° 26/27, pp. 123-146.

Charrette, M., 1982, « La construction associative en bété de Gbadi ». Projet sur les langues kru. Premier rapport rédigé par Jonathan Kaye, Hilda Koopman, Dominique Sportiche, Université du Québec à Montréal, pp. 10-45.

Creissels, D., 1991, Description des langues négro-africaines et théorie syntaxique, Ellug, Grenoble.

Creissels, D., 2009, « Catégorisation et grammaticalisation : La relation génitivale en mandingue ». Publié le lundi, 13 avril 2009 par Denis Creissels. www.deniscreissels.fr /public / Creissels-gen.mand.pdf, pp. 1-24.

Gadou, H., 2014, « A propos de la dichotomie « possession inaliénable » vs « possession aliénable » en yowlè, langue mandé-sud de Côte d’Ivoire ». Revue de Littérature & d’Esthétique Négro-Africaines n° 14, Abidjan, pp. 155-163.

Jacquinod, B., 1981, « La notion de possession inaliénable et les langues classiques ». L’information grammaticale n° 10, pp. 12-16.

Kipré, B. F., 2015, « Formation des verbes à particules du bété : un cas de grammaticalisation ». Revue de Littérature & d’Esthétique Négro-Africaines n° 16, Abidjan, pp. 208-225.

Moñino, Y., 2002, « Les constructions génitives en palenquero : une sémantaxe africaine ? ». Faits de langue n° 20, pp. 185-206.

Haut de page

Notes

1 Le connecteur V est une voyelle à ton haut qui se réalise sous différentes formes, en fonction de la voyelle finale de N1 : V se réalise comme une voyelle moyenne, antérieure, + ou – ATR (e/ɛ), si la voyelle finale de N1 est une voyelle antérieure, + ou – ATR (i, ı, e, ɛ). V se réalise comme une voyelle moyenne, postérieure, + ou – ATR (o/ɔ), si la voyelle finale de N1 est une voyelle postérieure, + ou – ATR (u, ɷ, o, ɔ). V est identique à la dernière voyelle de N1, si celle-ci est une voyelle centrale (a, ə, ʉ, ɨ).

2 Comme la plupart des langues kru, le bété est une langue à classes nominales. Les systèmes de classification nominale des langues kru sont si détériorés qu’ils sont aujourd’hui réduits à l’état de « vestiges de classes nominales » (Marchese, 1983 :189) : les marqueurs de classes ne sont pas représentés par des affixes sur les noms, comme c’est le cas dans les langues bantoues considérés comme les prototypes de langues à classes nominales au niveau du Niger-Congo. Les classes nominales se manifestent surtout dans le système pronominal de la langue. La seule distinction sémantique reliée de manière évidente au système formel de classes nominale est + ou - humain. Ainsi, la plupart des langues kru opposent une classe des humains (classe ɔ) à trois classes des non-humains (classes ɷ, ɛ, a) au singulier, une classe des humains (wa) à une classe des non-humains (ı) au pluriel. Pour plus de détails sur les classes nominales des langues kru, voir Marchese (1983 : 189 – 197).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-1.png
Fichier image/png, 68k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-2.png
Fichier image/png, 107k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-3.png
Fichier image/png, 155k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-4.png
Fichier image/png, 45k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-5.png
Fichier image/png, 59k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-6.png
Fichier image/png, 54k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-7.png
Fichier image/png, 56k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-8.png
Fichier image/png, 63k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-9.png
Fichier image/png, 33k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-10.png
Fichier image/png, 33k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-11.png
Fichier image/png, 30k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-12.png
Fichier image/png, 160k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-13.png
Fichier image/png, 192k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-14.png
Fichier image/png, 88k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-15.png
Fichier image/png, 34k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-16.png
Fichier image/png, 33k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-17.png
Fichier image/png, 31k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-18.png
Fichier image/png, 30k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-19.png
Fichier image/png, 31k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-20.png
Fichier image/png, 30k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-21.png
Fichier image/png, 33k
URL http://corela.revues.org/docannexe/image/4631/img-22.png
Fichier image/png, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Blé KIPRÉ, « « Construction directe » vs « construction indirecte » :
quelle interprétation sémantique dans la relation de possession en bété ?
 », Corela [En ligne], 14-2 | 2016, mis en ligne le 09 décembre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://corela.revues.org/4631 ; DOI : 10.4000/corela.4631

Haut de page

Auteur

François Blé KIPRÉ

Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire
blekipre2006@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Corela – cognition, représentation, langage est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • Revues.org