Navigation – Plan du site

Le centre n’est pas au milieu (et inversement). Pour une approche phénoménologique et gestaltiste de la localisation

Philippe Gréa

Résumés

Les noms centre et milieu sont des Noms de Localisation Interne (NLI) pouvant se combiner avec la préposition à, et construire de la sorte des locutions prépositionnelles locatives NP0 au milieu de NP1 et NP0 au centre de NP1. Dans un cadre référentialiste, leur caractérisation s’appuie sur une représentation géométrique du sens de centre et de milieu (forme spatiale et dimension de NP1). L’objectif de cet article est de remettre en question ce point de vue en montrant que la distinction entre au milieu de et au centre de tient dans deux paramètres sémantiques : (i) le caractère délimité ou non de NP1 et (ii) la signification fonctionnelle de NP0 par rapport à NP1. A l’aide de ces deux critères nous rendrons compte de données qui vont du domaine concret (noms concrets singuliers et pluriels, massifs, collectifs) au domaine abstrait (noms intensifs, noms d’action).
L’étude de ces deux locutions est en outre un bon prétexte pour proposer une approche de la localisation qui s’inscrit dans un arrière-plan philosophique inhabituel, celui de la phénoménologie. Nous développerons l’idée que les effets de perspectives induits par les locutions au centre / milieu de ne se rapportent pas à une réalité commune, et que ce qui est localisé par une locution ne coïncide jamais avec ce qui est localisé par l’autre, même dans les cas d’apparente synonymie. Pour cela, nous reprendrons l’opposition gestaltiste figure / fond, et nous montrerons que au centre de établit une relation fonctionnelle avec un tout délimité (une forme), tandis que au milieu de établit un rapport de coïncidence avec un fond dont la délimitation n’est pas spécifiée.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a bénéficié des discussions que nous avons eues avec Florence Villoing et Richard Huyghe que nous remercions au passage. Toutes les erreurs qui subsisteraient sont de notre entière responsabilité.

Texte intégral

1. Introduction : les limites d’une caractérisation purement spatiale de centre et milieu

1Les noms centre et milieu appartiennent, dans la terminologie de (Borillo, 1999), à la classe des « Noms de Localisation Interne » (NLI). Leur particularité tient dans le fait de combiner localisation spatiale et partition. Ils permettent en effet de désigner la partie d’un tout, et en même temps qu’elle est constituée, cette partie se trouve localisée par rapport au tout. Le centre ou le milieu d’une table désigne un morceau de la table, mais aussi un morceau qui se situe à une distance à peu près identique des différents bords de la table.

2En combinaison avec la préposition à, centre et milieu construisent des locutions prépositionnelles locatives, au milieu de et au centre de. Une expression de la forme [NP0 au {centre / milieu} de NP1] permet alors d’établir une relation entre deux entités distinctes, l’entité à localiser (NP0) et l’entité servant de système de repère (NP1). Dans (Gréa, 2005), nous avons avancé une hypothèse qui permettait de distinguer les deux locutions : le caractère délimité (ou non) de NP1.

3Depuis, un point de vue qui nous a été opposé s’appuie sur une représentation géométrique du sens de centre et de milieu et ne reconnaît pas la délimitation du NP1 comme critère pertinent. Selon cette approche, au centre de imposerait deux contraintes : (i) NP1 dénoterait une entité au moins bidimensionnelle, et (ii) à l’image d’un cercle et de son centre, NP0 désignerait un point ou une région située à équidistance des limites de l’entité désignée par NP1. Le milieu, quant à lui, désignerait de façon moins précise, comme le TLF le suggère, « un endroit relativement éloigné des bords, de la périphérie ». Cette approche a l’avantage de s’appuyer sur un concept géométrique, l’équidistance, qui semble facilement vérifiable dans les faits.

4Le problème, c’est que beaucoup d’exemples demeurent hors de portée de cette explication, voire, la contredisent. En premier lieu, le postulat (i) selon lequel NP1, dans au centre de NP1, doit être (au moins) bidimensionnel est sérieusement remis en cause par les exemples suivants :

(1) a. Le coup d’envoi est donné au centre de la ligne médiane. (internet)
b. Le wagon restaurant est situé au centre du train. (internet, brochure artesia)
c. Balzac est au centre de la rangée. / Il faut placer le jeton au centre de la rangée horizontale.
d. On place une tomate cerise au centre de la brochette et des morceaux de poivron à chaque extrémité. (internet, recette de la brochette de poulet marinade)
e. Le pendentif est monté sur la grosse perle de rocaille bleue située au centre du collier. (internet, collier « ténèbres »)

5Ces énoncés présentent tous un NP1 unidimensionnel ou conçu comme tel. Dans le dernier exemple, insistons sur le fait que la perle n’est pas au centre d’un cercle qui serait formé par le collier : elle est au contraire sur le collier, à égale distance des deux parties du fermoir, ce qui montre bien que l’intuition première tendant à privilégier l’idée d’un cercle ne tient pas.

6Si, pour des raisons surtout extra-linguistiques (mathématiques), les puristes répugneront à parler du centre d’une droite, le centre d’un segment ne soulève quant à lui aucune objection (« le point C au centre du segment AB »). Table constitue un autre cas intéressant, car si au centre de la table peut désigner la région située à égale distance des bords de la table (bidimensionnelle), comme dans ce qui suit,

(2) Au centre de la table fumait déjà la soupière.

il existe aussi un autre emploi, tout aussi fréquent, où table correspond au contraire à une entité conçue comme unidimensionnelle :

(3) a. Christ, assis, lui treizième, au centre de la table.
b. Au centre de la table est un ancien ambassadeur, sénateur aujourd’hui.

7On conviendra que dans ces contextes le Christ ou l’ambassadeur ne sont pas posés sur la table comme la soupière en 2. Ils sont au contraire positionnés sur l’un des côtés de la table (généralement, le plus long) ou encore sur le cercle formé par les commensaux (et non à l’intérieur de ce cercle), de façon analogue au pendentif de l’exemple 1e, c’est-à-dire sur un axe unidimensionnel.

8En second lieu, si l’on étend nos observations aux entités bi- ou tridimensionnelles ainsi qu’aux entités abstraites, il n’est pas non plus évident de vérifier la réalisation du postulat (ii), selon lequel il y aurait une relation d’équidistance entre NP0 et NP1 qui permettrait en particulier d’opposer au centre de et au milieu de. Dans le cas d’un NP1 abstrait, le calcul de l’équidistance est suspendu à cause de l’absence de forme géométrique :

(4) a. Au {centre / ?milieu} de {tout / la totalité}.
b. Au { ?centre / milieu} de rien.

9Dans le même ordre d’idée, il est impossible de s’appuyer sur la forme géométrique de la poussière ou de la saleté pour expliquer le caractère peu naturel de 5 :

(5) Jean vit au { ?centre / milieu} de la {poussière / saleté}.

10Les exemples 6, quant à eux, montrent que les noms de couleur suivent naturellement la locution au milieu de, mais beaucoup plus difficilement au centre de. A nouveau, il semble difficile d’expliquer cela en termes d’équidistance :

(6) a. Sur le pont d’un navire qui était là tout seul au {milieu / *centre} du bleu immense, un groupe de jeunes hommes se tenait, le torse nu, au soleil levant.
b. Sur les prairies lointaines, où des points roux, semés çà et là au {milieu / *centre} du vert uniforme, indiquaient des bœufs et des vaches, des troupeaux errants.

11Dans le cas des NP1 concrets la difficulté demeure. Par exemple, lorsqu’elles précèdent terre, les deux locutions sont permises mais c’est le sens de terre qui se trouve affecté :

(7) a. Nous avons fait un voyage au {*milieu / centre} de la Terre.
b. Au milieu de la terre grasse, humide et campagnarde…
c. On dirait que les monuments fleurissent au milieu d’une terre inhabitée.

12Un syntagme comme au milieu de la terre ne permet pas de désigner de façon naturelle la planète du même nom, mais renvoie à la matière (7b) ou à l’étendue (7c). Loin d’être exceptionnel, on retrouve ce fonctionnement avec beaucoup d’autres compléments. Ainsi, lorsque monde suit la locution au milieu de, il prend un sens collectif et devient synonyme de « société » (exemple 8a). A l’inverse, la locution au centre de met en avant une autre acception de monde, synonyme de « cosmos » ou « univers » (exemples 8b-c) :

(8) a. En se sentant malheureuse au {milieu / ?centre} du monde et de ses fêtes désertes pour elle, la pauvre petite ne comprit plus rien à l’admiration qu’elle y excitait, ni à l’envie qu’elle inspirait.
b. L’homme a cru que la terre était au {centre / ?milieu} du monde.
c. Chaque homme a la folie de se croire au {centre / ?milieu} du monde.

13Le nom de lieu générique espace illustre lui-même les limites d’une conception uniquement fondée sur les propriétés spatiales des compléments. Dans l’exemple 9a, où il suit au milieu de, espace désigne le milieu extérieur à l’atmosphère terrestre. Mais après la locution au centre de il ne peut que renvoyer à un espace de stationnement, un espace fumeur, un espace de jeu ou encore un espace virtuel, un espace culturel, économique ou commercial :

(9) a. Au {milieu /* centre} de l’espace, les radiations proviennent de toutes les directions.
b. Le dessin est situé au {milieu / centre} de l’espace de stationnement.

  • 1 Comme le souligne (Kleiber, 1998) : « Je ne puis parler de totalité que pour une entité qui a des l (...)

14L’hypothèse que nous avons défendue dans (Gréa, 2005) est la suivante : la forme spatiale, géométrique, physique de NP1 ou sa dimension n’ont pas de valeur discriminante ; ce qui permet de distinguer au milieu de et au centre de tient essentiellement au caractère délimité ou non de NP1. A première vue, on pourrait penser que cette notion de délimitation découle assez naturellement des questions de forme géométrique et d’équidistance. Nous pensons au contraire qu’une différence fondamentale les oppose. La délimitation n’est pas ici à comprendre comme un concept géométrique. En particulier, elle n’implique pas la possibilité d’une bordure et d’un calcul d’équidistance. Il s’agit d’un concept plus général et plus abstrait. Pour le comprendre, revenons un instant à l’exemple 4. Le pronom tout ou le nom totalité se caractérisent, selon (Kleiber, 1998), par leur délimitation1. Or, ce n’est pas parce que tout a une délimitation que je peux pour autant dire que tout a une bordure, ou que je peux effectuer un calcul d’équidistance sur ce tout, ou que je peux lui donner une forme et une dimension particulière. Pourtant, c’est bien une délimitation de cet ordre que au centre de exige de la part de son complément, contrairement à au milieu de. Inversement, c’est l’absence d’une telle délimitation qui permet d’expliquer l’impossibilité d’un massif (poussière) ou d’un intensif (saleté) après au centre de. C’est encore une question de délimitation qui permet de distinguer les acceptions de terre (au sens délimité de planète, ou bien comme nom de matière non délimité), les acceptions de monde (au sens délimité d’univers, ou bien non délimité de société humaine) et les acceptions du terme espace qui exige, par l’adjonction d’un complément de nom, comme dans espace de stationnement, une clôture qu’il n’a pas de lui-même, pour pouvoir être précédé de la locution au centre de.

  • 2 Mais que nous développons dans (Gréa, 2005).

15Plusieurs arguments, que nous nous contenterons d’évoquer faute de place2, confirment l’importance de la délimitation comme critère distinctif. Le premier est le changement d’interprétation (distributif vs. collectif) que l’on observe avec les NP1 pluriels :

(10) a. Les conditions physiques qui règnent au centre des étoiles.
→ dans les étoiles, au centre
→ *parmi les étoiles
b. Les conditions physiques qui règnent au milieu des étoiles.
→ ?dans les étoiles, au milieu
→ parmi les étoiles

  • 3 Et c’est le cas pour la trentaine d’occurrences de au milieu des étoiles dans Frantext.

16Dans l’exemple 10a l’interprétation la plus naturelle est celle où ce sont les conditions qui règnent au centre de chaque étoile qui sont terribles, c’est-à-dire une interprétation distributive. Ce point se trouve confirmé par le fait qu’il est toujours possible de restructurer le syntagme prépositionnel (les conditions physiques qui règnent dans les étoiles, au centre). En revanche, nous avons plutôt affaire à une interprétation collective dans 10b et la zone localisée ne se trouve plus à l’intérieur des étoiles mais correspond à la portion d’espace qui se tient entre les étoiles3. Dans ce dernier cas, la restructuration du syntagme semble assez peu naturelle ( ?Les conditions physiques qui règnent dans les étoiles, au milieu).

  • 4 Cf. (Link, 1983).

17On observe donc qu’avec un complément pluriel au centre de privilégie une lecture distributive alors que au milieu de privilégie une lecture collective. Or, cette observation valide notre hypothèse puisqu’en s’appliquant à chaque étoile, au centre de s’applique ainsi à des entités délimitées (en l’occurrence, de forme sphérique), et cela tout au contraire de au milieu de qui pointe sur l’espace situé entre les étoiles, c’est-à-dire un espace dénué de clôture. Ces observations n’impliquent pas que au centre des étoiles est systématiquement distributif. Cette expression peut prendre une interprétation collective, mais à la condition que le pluriel étoiles dénote un groupe.4 Ce sera le cas, par exemple, si les étoiles en question sont celles d’une constellation ou d’un amas. Ce point confirme alors notre hypothèse, dans la mesure où un pluriel groupe présente une délimitation que n’a pas la simple pluralité.

18On trouve un autre exemple de ce basculement collectif – distributif avec os. En effet, les expressions au milieu des os et au centre des os ne désignent pas la même zone, comme l’attestent les exemples suivants :

(11) a. Au {centre / ?milieu} des os, il y a la moelle osseuse.
b. Les os incisifs sont très larges et remontent jusqu’au {milieu / centre} des os du nez.

19Dans le premier cas, au centre des os s’applique exclusivement à chaque os pris individuellement. Cette lecture est moins fréquente avec au milieu qui a tendance à privilégier les interprétations collectives ou bien les affections pathologiques sur l’os (et non à l’intérieur : les fractures sont moins dangereuses au milieu des os). L’expression au centre des os peut prendre une interprétation collective. Pour cela, il faut que pluriel les os dénote un groupe : les os du nez (ou du crâne, etc.). C’est ce qu’illustre l’exemple 11b où au centre des os s’applique au groupe d’os correspondant au nez.

  • 5 (Langacker, 1991b : 117 et suiv.) (Kleiber, 1997) (Flaux et al., 2000) entre autres.

20Les NP1 massifs constituent un autre argument. Comme de nombreux auteurs l’ont remarqué5, les massifs se caractérisent par une absence de limites inhérentes :

« Pour notre propos, est fondamentale l’existence de N dénotant des substances présentées par la langue comme dépourvues de limites propres et qui, par là même, en reçoivent de l’extérieur ; car toute substance, continue ou non, se donne à nous à l’intérieur de limites : de même qu’on ne peut pas faire l’expérience de la totalité des êtres humains, de même on ne fait pas l’expérience de la totalité du vin. Le vin se présente, dans l’expérience empirique, enserré dans des limites, mais celles-ci ne lui sont pas inhérentes, à la différence de celles d’un être humain ou d’un vélo. » (Flaux et al., 2000, pp. 63-64)

21Or, comme on le voit dans les exemples suivants, les massifs posent de grandes difficultés après au centre de, confirmant ainsi notre hypothèse selon laquelle la délimitation est une condition nécessaire pour cette locution :

(12) a. Il marche au {milieu/*centre} de la terre labourée sans relever le bas de son pantalon. (cf. ex. 7)
b. Voyage au centre de la terre.

(13) a. Les dernières vitres dégringolèrent, et au {milieu/*centre} du verre un âne attaché, qui ne tentait pas de fuir, se mit à braire désespérément sous la pluie qui recommençait à tomber.
b. Il faut verser la bière au centre du verre pour compléter le faux col.

(14) a. La toundra. Un pays sans arbres. Au {milieu/*centre} de la pierre, de la mousse et des cycles capricieux des caribous […]
b. On aperçoit un défaut au centre de la pierre {précieuse / tombale / à pizza}.

(15) a. Ce n’est pas facile de travailler au {milieu/*centre} de la peinture.
b. On aperçoit un personnage grimaçant au centre de la peinture.

  • 6 Cf. (Maingueneau, 1993).

Le raisonnement est identique avec les pluriels amplifiants6 :

(16) a. Je préfère mourir de soif au {milieu / *centre} des sables que rester ici.
b. Le désert de Rome, aussi isolée sur la terre que Venise au {milieu / *centre} des eaux.
c. Ses porteurs se sont démoralisés et ont failli l’abandonner au {milieu / *centre} des glaces.
d. On voit, au {milieu / *centre} des airs, quelque cigogne, attardée par la fatigue, qui se met à crier.
e. Je suis encore ici seul au {milieu / *centre} des neiges et de quatorze degrés de froid.
f. Puis, alentour, épars au {milieu / *centre} des terres, c’étaient les villages.

  • 7 Cf. (Van de Velde, 1995). Si l’absence de délimitation est commune aux massifs et aux intensifs, le (...)

ou les noms intensifs7 :

(17) a. Tout à coup, au {milieu / *centre} du désordre, au {milieu / *centre} de l’effarement, au {milieu / *centre} de l’hostilité de la foule, ...
b. Au {milieu / *centre} du chagrin, la concupiscence me torture.
c. Au {milieu / *centre} de la haine exaspérée des uns, de l’indignation vraie ou feinte des gens du monde, du mépris envieux de quelques confrères, du respect de toute une foule de lecteurs, et de l’admiration frénétique d’ un grand nombre.
d. Son accès se termina dans un désir sentimental d’une vie simple, le cœur sur la main, au {milieu / *centre} d’une bonté universelle.
e. Au {milieu / *centre} d’un ennui indéfinissable.

22Dans tous ces cas, c’est bien l’absence de délimitation qui rend impossible l’utilisation de au centre de, alors que au milieu de ne pose aucun problème.

23Néanmoins, cette explication ne rend pas compte des noms d’action, et plus généralement, des noms ayant une extension temporelle. Le présent travail se propose donc de combler cette lacune en faisant une hypothèse complémentaire : la locution au centre de impose l’existence d’un rapport fonctionnel entre NP0 et NP1, contrairement à au milieu de, qui se contente simplement de « superposer » NP0 sur NP1. Plusieurs arguments permettront de caractériser très précisément la nature de ce rapport : nous nous intéresserons à la localisation sur le corps (par exemple, la relation qui existe entre le vêtement et la partie du corps qu’il est censé couvrir, section 2.2). Nous nous tournerons ensuite vers une classe de noms exprimant de la pluralité interne (section 2.3) avant d’aborder la question des noms d’extension temporelle (section 2.4 et 2.5).

  • 8 « Chaque monade est un point de vue sur le monde, qu’elle exprime exactement comme une projection d (...)
  • 9 « l’un après l’autre et selon l’apparence perceptive, je ne construis pas l’idée du géométral qui r (...)

24La troisième et dernière partie sera l’occasion de prendre un peu de recul et de mettre au jour les présupposés qui sont à l’origine de la notion même de localisation. En nous inspirant de la présentation qu’en fait (Gurwitsch, 1957), nous faisons tout d’abord appel au concept de géométral. Initialement développé par Leibniz, le géométral est le garant de l’unité du monde au-delà des différents points de vue que l’on peut avoir sur lui.8 Dans un cadre phénoménologique, Merleau-Ponty affirme à l’inverse qu’il n’y a pas de géométral du monde.9 En transposant cette idée au cas de centre et milieu, nous proposons alors une explication alternative fondée sur le couple figure – fond tel qu’il est défini par la Gestalttheorie.

25Précisons que notre travail porte exclusivement sur les locutions prépositionnelles au centre / milieu de. Notre objectif, en effet, est de confronter des concepts que les noms centre et milieu ne mettent pas directement en œuvre, à savoir l’opposition cible / site telle qu’elle est classiquement présentée dans le cadre des grammaires cognitives, et l’opposition figure / fond telle qu’elle est caractérisée dans la théorie de la Gestalt. Néanmoins, comme nous aurons l’occasion de l’évoquer (section 3.2), nous pensons que les conclusions auxquelles nous arrivons à propos des locutions demeurent valables pour les noms.

2. La signification fonctionnelle de NP0

2.1. Au centre de : une relation partie-tout ?

26Un premier exemple montre que le critère de délimitation de NP1 n’est pas suffisant :

(18) a. Ribéry évolue au centre du trio d’attaque.
b. Ribéry évolue au milieu du trio d’attaque.

27Dans 18a, la première interprétation qui vient à l’esprit est celle selon laquelle Ribéry fait partie du trio d’attaque. Dans 18b, au contraire, Ribéry n’appartient pas nécessairement au trio. Or, une chose est sûre, ce changement d’interprétation (partitive vs. non partitive) n’est pas lié à la délimitation de NP1.

28Il faut donc explorer une autre piste. Dans la section précédente, nous nous sommes intéressé au cas du pronom tout et du nom totalité (ex. 4). A cette occasion, nous avons évoqué le rapport que Kleiber établit entre la notion de totalité et l’existence de limite :

  • 10 A noter que le caractère purement analytique (par définition) de ce dernier argument n’est pas si é (...)

« On peut accepter en première approche que tout, parce qu’il indique la totalité, nécessite d’une part un domaine de quantification borné et d’autre part une structure interne partitive de ce domaine. La première exigence s’explique aisément : je ne puis parler de totalité que pour une entité qui a des limites. L’absence de frontières nous prive en effet du moyen de calculer la totalité. La seconde n’est qu’une conséquence définitoire de la notion de totalité : celle-ci n’existe que si l’on pose en même temps l’existence de parties, donc d’une division possible de l’objet en parties10. » (Kleiber, 1998, p 90)

29Ce rapprochement est intéressant dans la mesure où il permet d’avancer, dans le cadre de notre propre problématique, une conjecture plus contraignante que la simple absence / présence de délimitation de NP1, et qui peut se formuler de la façon suivante : dans la construction [NP0 être au centre de NP1], NP1 désigne un tout, c’est-à-dire une entité qui manifeste une double propriété, à savoir une délimitation et une structure interne partitive. Si les sections précédentes ont été l’occasion de montrer l’existence de la première, il est donc temps de nous intéresser à la seconde.

30Une structure interne partitive implique une relation partie-tout. Une première hypothèse vient alors à l’esprit, qui consiste à dire que la construction [NP0 être au centre de NP1] établit une relation partie-tout entre NP0 et NP1. En cela, elle s’opposerait à [NP0 être au milieu de NP1] où le NP1 n’a pas nécessairement de délimitation et n’est pas nécessairement un tout. En première approche, un certain nombre d’exemples semblent confirmer cette hypothèse. Ils acceptent en effet une reformulation sous la forme [NP0 {être une partie / faire partie} de NP1] :

(19) a. La moelle est au centre de l’os → La moelle est une partie de l’os.
b. Le noyau est au centre des planètes → Le noyau est une partie des planètes.

31Le cas de certains noms collectifs, tel que trio dans les exemples 18, est encore plus convaincant dans la mesure où il marque une opposition nette entre au centre de et au milieu de. L’explication fondée sur une relation partie-tout est donc séduisante. Il faut pourtant y renoncer en raison de sa trop grande puissance. Comme le montrent les exemples suivants, la relation partie-tout est loin d’être systématique :

(20) a. La soupière était au centre de la table *→ La soupière était une partie de la table.
b. Un grand arbre était au centre des tables *→ Un grand arbre faisait partie des tables
c. La table, au centre du trio, déborde de victuailles*→ La table fait partie du trio.

32Les exemples 18, 19 et 20 montrent toutefois que même si la relation partie-tout est trop forte, elle n’est pas sans rapports avec le problème qui nous occupe. Les sections suivantes vont être l’occasion de montrer pourquoi.

2.2. La localisation sur le corps

33Un certain nombre d’exemples appartenant au domaine concret permettent d’avancer une autre hypothèse. Il s’agit de la localisation sur le corps, comme c’est le cas, par exemple, avec la relation vêtement-partie du corps. On peut localiser les vêtements par rapport à la partie du corps qu’ils sont censés recouvrir. Mais dans ce cas de figure, seul au milieu de est possible, tandis que au centre de est exclu :

(21) a. La casquette au {milieu / *centre} du front.
b. Le tee-shirt, trop petit, lui arrive au {milieu / *centre} du ventre.
c. Une chemise dont les manches arrivent au {milieu / *centre} des bras.
d. Le slip lui descend au {milieu / *centre} des fesses.
e. Le col lui arrive au {milieu / *centre} du menton.

34Cette observation n’est pas seulement vraie des vêtements mais aussi de toute autre entité extérieure au corps :

(22) a. J’ai un bouton au {milieu / *centre} de la joue.
b. La tunique tient par une attache fixée au {milieu / ?centre} du dos.
c. Il s’abattit sur la face, une balle au {milieu / ?centre} du front.

35La comparaison de 22b avec 23 est significative dans la mesure où elle montre que ni la forme approximativement rectangulaire du dos (ou du tableau), ni l’inclinaison verticale ne semblent poser de problèmes insurmontables pour la locution au centre :

(23) La corde tient par une attache fixée au centre du tableau.

  • 11 Le fait que seule une partie du tee-shirt soit concernée par la localisation – à savoir, le bas du (...)

36La question est alors la suivante : pourquoi la relation entre un vêtement (NP0) et la partie du corps qu’il recouvre (NP1) s’exprime-t-elle naturellement avec au milieu de et pas avec au centre de ? Après tout, si un tee-shirt arrive au milieu du ventre, c’est que sa limite inférieure se trouve à équidistance du haut et du bas du ventre. Ce dernier étant délimité, on ne voit pas pourquoi au centre de poserait problème11. La relation de localisation vêtement-partie du corps présente donc une caractéristique particulière dont au centre de ne s’accommode pas.

  • 12 Explication suggérée par B. Fagard (com. pers.).
  • 13 Sur ce point, on peut aussi renvoyer aux exemples 12-15 dans lesquels au centre de sélectionne syst (...)

37Le fait que le ventre, comme la plupart des autres parties du corps (dos, main, front, bras, etc.), n’a pas de limites précises et qu’il est impossible de déterminer à quel moment on passe du ventre aux flancs, par exemple, pourrait être une explication.12 Ce point de vue a toutefois l’inconvénient de remettre au premier plan la question de la manifestation objective des limites. Or, nous avons insisté sur le fait que la délimitation imposée par au centre de n’est pas de nature objective, mais sémantique : ventre est un nom comptable et de ce fait, il a une délimitation – même si elle est vague au sens technique du terme – que n’a pas, par exemple, ce même nom lorsqu’il est utilisé comme massif (par exemple, avoir du ventre).13

38Il faut donc rechercher une autre explication. Or, s’il est vrai que des expressions comme au centre du front, du ventre, des bras ou des fesses semblent assez peu naturelles et qu’elles n’apparaissent qu’à l’occasion de contextes marqués, nous avons pourtant évoqué à plusieurs reprises l’exemple de au centre des os où NP1 est bien une partie du corps et qui ne pose aucun problème au pluriel (cf. ex. 11a), au singulier et en lecture générique (19a). Ce n’est donc pas la partie du corps qui semble être en cause. Ce n’est pas non plus une question de délimitation dans la mesure où l’os et le ventre en ont bien une. Le problème ne relève pas non plus de questions d’ordre géométrique ou spatial, et l’équidistance n’a ici aucune valeur discriminante. Enfin, le problème n’est pas non plus lié à une question de taille relative ou d’inclusion.

39L’idée que nous défendrons est fondée sur la signification fonctionnelle de NP0 : la moelle entretient en effet une relation fonctionnelle intrinsèque avec l’os, tandis que le tee-shirt se tient dans un simple rapport de superposition avec le ventre.

2.3. La question des noms collectifs

40Un second cas de figure permet d’illustrer cette idée en opérant une autre distinction entre au milieu de et au centre de. Il s’agit d’une classe de noms d’extension spatiale exprimant une pluralité et une structuration interne importante, tels que système, dispositif, échiquier, réseau, toile, organisation. Selon la locution choisie, la localisation de NP0 sur NP1 ne connaît pas de changement fondamental mais on observe en revanche un type de rapport entre NP0 et NP1 très différent. Considérons les exemples suivants :

(24) a. La Chine est au centre de l’échiquier asiatique.
b. Il faut replacer le citoyen au centre de l’organisation politique.
c. L’étoile est au centre du système solaire.
d. Il y avait au centre de ces formations politiques, des états-majors dont les objectifs n’étaient pas du tout inspirés par une volonté émanée de la base.

  • 14 Cf. néanmoins la section 3 pour l’incommensurabilité des deux types d’énoncés.

41Dans ces exemples, le sens de la locution au centre de ne correspond pas seulement à une localisation de NP0 par rapport à NP1. Il s’agit aussi d’indiquer que NP0 a un rôle fonctionnel par rapport à NP1. Du coup, la double condition – à savoir l’obligation pour NP1 de correspondre à une entité délimitée et pour NP0 d’entretenir un rapport fonctionnel avec NP1 – favorise nettement la lecture partie-tout (de manière comparable à l’exemple 18a) : dans ces exemples, la Chine fait partie de l’échiquier politique, le citoyen fait partie de l’organisation politique, l’étoile fait partie du système solaire et les états-majors font partie des formations politiques. A l’inverse, si la locution au milieu de permet une localisation qu’on pourrait croire « comparable »14, elle ne confère aucune signification fonctionnelle à NP0 :

(25) a. ?La Chine est au milieu de l’échiquier asiatique.
b. ?Le président est au milieu de l’organisation politique.
c. ?L’étoile est au milieu du système solaire.
d. ?Il y avait au milieu de ces formations politiques, des états-majors dont les objectifs n’étaient pas du tout inspirés par une volonté émanée de la base.

42Du coup, l’impression qui ressort de ces exemples, au-delà de leur caractère peu naturel, est que la Chine, le citoyen, l’étoile et les états-majors sont certes localisés, mais qu’aucune relation fonctionnelle n’est établie avec le NP1. La conséquence est la difficulté d’obtenir une lecture partitive dans ces contextes. On a au contraire le sentiment que la Chine, le citoyen, l’étoile et les états-majors sont comme « déconnectés » de NP1 et qu’ils sont là « par hasard ».

2.4. Les noms d’extension temporelle

43A l’exception des noms intensifs abordés dans les exemples 17, tous les NP1 étudiés jusqu’ici ont une extension spatiale. Or, comme nous allons le voir dans ce qui suit, notre hypothèse, qui s’appuie sur le rôle fonctionnel de NP0 par rapport à NP1, trouve aussi une confirmation avec la classe des noms de processus, et plus généralement, avec tous les noms ayant une extension temporelle.

44Les emplois temporels sont à l’origine d’une divergence très claire entre les deux locutions. Comme on le voit dans les exemples suivants, la locution au milieu de prend automatiquement une valeur temporelle lorsqu’elle précède un nom de mesure temporelle :

(26) a. La révolte a éclaté au {milieu / *centre} {de la journée / de la semaine / du mois / de l’année}.
b. C’était au milieu du jour. (Nerval)

45Ce n’est pas le cas de au centre de qui est impossible dans ce contexte, à moins de prendre en compte le genre littéraire :

(27) Au centre du jour, jeté dans le tas des sardines voyageuses d’un coléoptère à l’abdomen blanchâtre, un poulet au grand cou déplumé…

46En l’occurrence, il s’agit d’un extrait des Exercices de style de Queneau, qui consistent à raconter la même histoire en la déclinant selon des tropes différents. Ici, au centre du jour est substitué à midi et se trouve dans le chapitre intitulé « métaphoriquement », ce qui suffit à démontrer son caractère marqué.

47On retrouve la même distribution avec des NP1 susceptibles de dénoter un évènement :

(28) L’étudiant est parti au {milieu / *centre} du {cours / film}.

  • 15 Comme pour les énoncés spatiaux, il ne s’agit pas d’un calcul (B. Fagard, com. pers.).

48Seule la locution au milieu de est permise, et porte systématiquement sur l’étendue temporelle occupé par l’évènement. Ainsi, dans l’exemple 28, l’étudiant part pendant le film, et non à l’instant situé à égale distance du début et de la fin du cours ou du film.15

49Il est toutefois possible d’introduire un nom de processus au moyen de la locution au centre de. Pour cela, il faut faire référence, non pas à l’étendue temporelle mais au processus et ses arguments associés. C’est alors l’utilisation de milieu qui est exclue :

(29) a. La généricité est au {*milieu / centre} de la semaine (de recherche organisée par Sophie).
b. Le système judiciaro-pénitentiaire est au {*milieu / centre} du film de Pierre.

50Dans 29, semaine et film ne réfèrent plus à une étendue temporelle, mais à un évènement auquel sont associés des rôles thématiques (cf. section 2-5). Or, ces observations semblent contredire l’explication avancée dans notre introduction, à savoir la délimitation de NP1 lorsqu’il est sous la portée de au centre de. En effet, dans les exemples et un film ou une semaine correspondent à des étendues temporelles qui ont un début et une fin ; ce sont des entités bornées. Par conséquent, la locution au centre de, qui exige un complément délimité, devrait pouvoir apparaître dans ce contexte tout en conservant un sens temporel. Or, ce n’est pas le cas et l’énoncé *Pierre part au centre du film est inacceptable.

51La raison en est simple. La délimitation de NP1 est une condition nécessaire, mais non suffisante. Les sections précédentes ont en effet montré l’existence d’une seconde contrainte permettant d’opposer les deux locutions : la signification fonctionnelle de NP0 par rapport au tout dénoté par NP1. Or, les exemples 26 et 28 ne respectent pas cette seconde contrainte. Ainsi, le déclenchement de la révolte ou le départ de l’étudiant n’entretiennent aucune relation fonctionnelle intrinsèque avec l’étendue temporelle dénotée par semaine, cours ou film. Pour mieux comprendre ce point, il est utile de faire le lien avec les contextes vestimentaires des exemples 21, car de la même manière que le rapport entre un vêtement et une partie du corps est un simple rapport de superposition, le départ de l’étudiant, dans l’exemple 28, entretient avec cours ou film un simple rapport de concomitance. Dans les deux cas, la relation entre NP0 et NP1 est une relation de coïncidence qui implique une absence de rapport fonctionnel intrinsèque entre les deux arguments, et qui amène ainsi à privilégier la locution au milieu de au détriment de au centre de. Il en est tout autrement des exemples 29. Dans ces contextes, le rapport entre NP0 et NP1 n’est pas une coïncidence mais correspond à un rapport fonctionnel intrinsèque, celui qui unit de façon essentielle un évènement et son thème. Dans 29a et 29b, en effet, NP0 (la généricité ou la violence en milieu rural) est ce sur quoi porte NP1 (respectivement, la semaine de recherche ou le film de Pierre) : NP0 est le thème de NP1. Il est donc doté d’une signification fonctionnelle qui fait toute la différence avec les emplois purement temporels.

2.5. Au centre de : une alternance de valence inédite

  • 16 Constitué à partir d’une veille de plusieurs mois sur GlossaNet, à partir d’une vingtaine de journa (...)

52On le voit, au centre de est susceptible d’introduire des noms de processus, mais à la condition que ces derniers ne soient pas pris dans leur acception temporelle. A partir d’un corpus constitué à l’aide de Glossanet16, nous avons établi l’index (classé par ordre de fréquence décroissante et non lemmatisé) de ces noms prédicatifs qui entrent dans la construction [NP0 au centre de NP1] et qui en viennent ainsi à entretenir un rapport fonctionnel avec NP1 :

Tableau  : Index de fréquence des N1 dans [NP0 au centre de NP1] (Corpus : Glossanet)

Rang

N1

Exemples

1

entretiens

Les pressions israélo-américaines au centre des entretiens.

2

débats

Une tentative de meurtre sera au centre des débats les 22 et 23 janvier.

3

discussions

Le terrorisme et le gaz au centre des discussions algéro-espagnoles.

4

campagne

l’intercommunalité n’a pas été au centre de la campagne électorale.

5

polémique

Accident mortel : Les responsabilités au centre de la polémique.

6

débat

Le concept de souveraineté est au centre du débat politique libanais.

7

scandale

Le groupe Sanlu, au centre du scandale du lait contaminé par la mélamine.

8

réunion

La question a été au centre de la réunion de mercredi.

9

intérêts

Le droit au retour des réfugiés au centre des intérêts libanais.

10

revendications

L’annulation de la dette est au centre des revendications.

11

affaire

Ce produit est au centre d’une affaire récente.

12

controverse

Au centre de la controverse, une loi votée hier.

13

discussion

Le port du voile était au centre de la discussion.

14

discours

La crise régionale a été au centre des discours prononcés par M.*

15

interrogations

Equipe de France de foot : le milieu au centre des interrogations.

16

priorités

Les préoccupations environnementales au centre des priorités.

17

référendum

Le Kosovo au centre du référendum sur la Constitution.

18

rencontre

Ce projet de réformes devait être au centre de la rencontre.

19

trafic

Le soigneur de l’équipe est au centre d’un trafic de produits dopants.

20

attaques

Au centre des attaques : le journaliste Andrew Gilligan, qui avait discrètement interviewé David Kelly, scientifique au ministère de la Défense. Se référant à cette source anonyme, le reporter avait affirmé sur les ondes de la BBC que Londres avait exagéré la menace des armes de destruction massive de Saddam Hussein avant la guerre.

21

attentions

Le mouvement des joueurs dans le football est au centre des attentions chaque année

22

conflit

Les deux enfants (12 et 6 ans) sont au centre du conflit, bien malgré eux.

23

attention

Ce phénomène [le recul de la banquise] est au centre d’une attention considérable, tant de la part des scientifiques que des industries extractrices ou des Etats.

24

conversation

Au centre de la conversation, bien sûr, le nucléaire iranien.

25

conversations

Le conflit au Proche-Orient sera au centre des conversations.

26

exposition

Ce ne sont pas les œuvres de Dali, mais le peintre lui-même dans son acte de création qui est au centre de l’exposition.

27

incident

Le joueur s’est fait remarquer lors de ce tournoi en étant au centre d’un incident qui a valu à l’Angleterre d’être éliminé.

28

inquiétudes

L’attentat remet le royaume wahhabite au centre des inquiétudes.

29

négociations

Le pétrole justement. Il est au centre des négociations.

30

réflexion

Cette évolution est au centre de la réflexion du philosophe.

31

voyage

L’immigration chinoise en France, au centre du voyage officiel en Chine.

53Dans tous ces exemples, il est à noter que la locution au milieu de est exclue. Pour qu’elle redevienne naturelle, il faudrait imposer une lecture temporelle portant sur l’intervalle de temps occupé par l’évènement dénoté par le nom prédicatif (par exemple : il est parti au milieu de l’entretien). Mais dans ce cas de figure, la relation entre NP0 et NP1 reste une simple coïncidence et le fait de partir n’a pas de rapport fonctionnel avec l’entretien. Il en est tout autrement de la locution au centre de. Elle a pour effet de mettre en relief la structure argumentale de NP1, et ce, de trois façons différentes. Comme nous allons le montrer maintenant, au centre de est en effet à l’origine d’une alternance de valence inédite (ci-dessous, i et ii) et d’un cas d’ambigüité tout aussi remarquable (iii).

54(i) Le premier cas de figure correspond aux exemples 29 et s’avère être le plus fréquent. Dans ce contexte, la construction [NP0 au centre de NP1] se glose de la façon suivante : « NP1 porte sur / a pour thème NP0 », ce qu’illustrent les exemples suivants :

(30) a. Les pressions israélo-américaines au centre des entretiens. (→ les entretiens portent / ont pour thème les pressions israélo-américaines).
b. Une tentative de meurtre sera au centre des débats les 22 et 23 janvier.
c. Le terrorisme et le gaz au centre des discussions algéro-espagnoles.
d. L’intercommunalité n’a pas été au centre de la campagne électorale.

55NP0 est ici le thème de l’évènement dénoté par NP1. En cela, NP0 acquiert une signification fonctionnelle évidente par rapport à NP1, signification fonctionnelle qui se trouve suspendue lorsqu’on substitue au milieu de à au centre de :

(31) ?Les pressions israélo-américaines au milieu des entretiens.

56Le changement de sens est alors considérable, et s’il faut réinterpréter l’énoncé, il semble que le sens temporel, selon lequel des pressions ont eu lieu ou ont été évoquées au cours des entretiens, soit le plus naturel.

57(ii) Le second cas de figure, plus rare, a pour effet d’inverser le schéma argumental précédent. Dans ce contexte, la construction [NP0 au centre de NP1] se glose de la façon suivante : « NP0 est la cause / à l’origine de NP1 », comme l’illustrent les exemples suivants :

  • 17 Ragnar Rylander est un chercheur suédois qui a travaillé à l’Université de Genève tout en étant fin (...)

(32) a. Le soigneur de l’équipe est au centre d’un trafic de produits dopants (→ Le soigneur est la cause / le responsable / à l’origine du trafic)
b. Ragnar Rylander a bien été au centre d’une fraude scientifique.17

58Par exemple, dans 32a, on comprend que le soigneur est à l’origine du trafic, et non que le trafic a pour thème le soigneur. En d’autres termes, la signification fonctionnelle de NP0 par rapport à NP1 est bien avérée, mais elle est d’un tout autre genre que précédemment : NP0 est cette fois l’instigateur de l’action dénotée par NP1. Et comme dans la situation précédente, cette valeur fonctionnelle disparaît lorsqu’on commute avec au milieu de :

(33) Le soigneur de l’équipe est au milieu d’un trafic de produits dopants.

59Dans cet énoncé, le soigneur n’est pas responsable du trafic et le rapport qui existe entre NP0 et NP1 devient un simple rapport de coïncidence qui s’exprimera plus naturellement avec se retrouver (le soigneur se retrouve au milieu d’un trafic).

60(iii) Un troisième cas de figure correspond à une ambiguïté entre (i) et (ii). C’est le cas des exemples suivants :

(34) a. Le prince Charles au centre du complot.
b. Bourse : La situation de la Lybie au centre des inquiétudes.
c. Assises du Hainaut : l’argent au centre d’un crime crapuleux.

61Sans contexte supplémentaire, il est impossible de décider si le prince Charles est l’instigateur du complot ou bien la victime. Mais ce qui importe, c’est que dans les deux cas, le prince Charles est doté d’une signification fonctionnelle par rapport au complot. Comme prévu, cette signification fonctionnelle disparaît avec la locution au milieu de :

(35) Le prince Charles au milieu du complot.

  • 18 Problème d’interprétation que l’on retrouve dans les exemples 31, 33, mais aussi, et pour les mêmes (...)

62Ici, en effet, Charles n’est plus impliqué dans le complot (que ce soit comme instigateur ou comme cible) et le rapport entre NP0 et NP1 revient alors à un simple rapport de coïncidence, ce qui, du reste, n’est pas sans poser quelques problèmes quant à l’interprétation exacte de l’énoncé.18

63Les contraintes imposées par au centre de semblent suffisamment systématiques pour permettre de tester la polysémie des déverbaux, entre acception spatiale, temporelle, évènementielle, et dans ce dernier cas, de tester la structure argumentale du déverbal (instigateur / thème). Pour illustrer ce point, prenons le cas des noms assistance, assemblée et réunion. Les deux premiers ont une acception spatiale que l’on peut vérifier à l’aide des deux locutions. Ce n’est pas le cas de réunion qui paraît moins naturel dans ce contexte :

(36) Le ministre se trouvait au {milieu / centre} de {l’assistance /de l’assemblée / *de la réunion}.

64En revanche, seuls les deux derniers (assemblée et réunion) ont une acception temporelle que la locution au milieu de permet de tester en portant cette fois sur l’étendue temporelle occupée par l’évènement :

(37) Il a décidé de partir au milieu de {*l’assistance / de l’assemblée / de la réunion}.

Dans ces contextes, au milieu de a un rôle équivalent à pendant.

65Assemblée et réunion sont enfin susceptibles de dénoter un évènement. Au centre de permet alors de tester les rôles d’instigateur et/ou de thème :

(38) La laïcité est au centre de {*l’assistance / la réunion / ?l’assemblée}.

66On observe ainsi que assistance, bien que déverbal de assister, ne passe pas dans ce contexte : assistance n’a ni thème ni instigateur, contrairement à réunion. Assemblée est plus naturel dans ce contexte s’il s’agit explicitement d’une assemblée organisée par quelqu’un en vue de quelque chose :

(39) a. Les préoccupations matérielles au centre de l’assemblée générale.
b. Le sujet est au centre de l’assemblée plénière ordinaire des évêques.
c. La référence au communisme au centre de l’assemblée extraordinaire du PCF.
d. Religion : La laïcité au centre de l’assemblée des évêques.

67Le cas des noms intérêt, ennui et mépris illustre encore les différences que la locution au centre de est à même d’établir parmi les déverbaux. Les verbes correspondants (respectivement, s’intéresser, s’ennuyer et mépriser) semblent avoir une structure argumentale comparable, comme le montrent les deux exemples suivants :

(40) a. La situation sociale grecque intéresse le ministre.
b. La situation sociale grecque ennuie le ministre.
c. Le ministre méprise la situation sociale grecque.

Or, les déverbaux ne se comportent pas de la même façon sous la portée de au centre de :

(41) a. La situation sociale grecque est au centre de l’intérêt du ministre.
b. *La situation sociale grecque est au centre de l’ennui du ministre.
c. *La situation sociale grecque est au centre du mépris du ministre.

  • 19 Cet exemple est inspiré d’une observation que font (Flaux et al., 2000, p. 31) à propos de intérêt (...)

68L’explication de cette divergence est peut-être à rechercher dans la valeur agentive associée au nom prédicatif intérêt – valeur que l’on retrouve dans tous les N1 du Tableau 1 – et l’absence d’agentivité dans le cas de ennui et mépris.19

3. Qu’est ce que la localisation ?

3.1. Le géométral comme condition de la localisation

69Lorsqu’on choisit de travailler dans un cadre référentialiste, les notions de distance, d’équidistance, et plus généralement, de métrique, sont les notions clés permettant de caractériser le sens de centre et milieu : le centre est ce qui est à équidistance des bords. A première vue, un tel constat relève du bon sens. Prenons l’exemple d’un avion. Il respecte la contrainte de délimitation appliquée à NP1. L’empennage entretient en outre avec l’ensemble un rapport fonctionnel intrinsèque puisqu’il garantit la stabilité en vol. La seconde condition, celle d’une signification fonctionnelle de NP0, est donc elle aussi vérifiée. Or, il serait très étrange, et manifestement faux, de dire :

(42) L’empennage est au centre de l’avion.

70puisque l’empennage est… à l’arrière de l’avion. C’est bien la preuve que au centre de a un sens fondamentalement lié, d’une manière ou d’une autre, à une question d’équidistance. La suite d’un tel raisonnement nous amène alors à donner la priorité à des questions de formes géométriques, de dimension, de topologie. On en arrive ainsi à penser, par exemple, qu’une locution comme au centre de doit avoir un site au moins bidimensionnel. Dans cette optique, on en vient à classer comme inacceptable des énoncés tel que au centre de la ligne.

  • 20 La remarque est aussi valable pour le traitement que nous avons-nous-même proposé dans le cadre de (...)

71Derrière la force et la simplicité de ce raisonnement, il y a l’idée que toute analyse sémantique de la localisation doit reposer sur la possibilité d’une représentation objective de la chose, de sa mesure géométrique réelle. Pour le dire dans les termes de la phénoménologie de Merleau Ponty, l’analyse référentialiste de la localisation est entièrement soumise à l’ordre d’un « géométral », à savoir, dans le cas présent, une géométrie « naturelle », c’est-à-dire non formalisée et directement accessible à l’intuition, par rapport à laquelle les différentes perspectives seraient unifiées et coordonnées entre elles.20 La notion d’équidistance, par exemple, participe entièrement d’un tel géométral, en donnant à croire qu’il existe une métrique objective grâce à laquelle il serait possible de reconstituer, derrière les différentes perspectives, la forme vraie de l’objet, et à partir de laquelle on pourrait, inversement, dériver toutes les perspectives possibles. Il en est de même des considérations fondées sur la dimension de NP1 (uni-bi-tridimensionnel) ou sur sa forme (plutôt circulaire dans le cas de centre, et plutôt imprécise dans celui de milieu). Dans cette approche, les locutions au milieu de et au centre de ne sont rien d’autre que deux façons distinctes de localiser les choses par rapport à cette réalité commune. C’est très précisément ce genre de point de vue qui amène de nombreux chercheurs à minimiser la différence, par exemple, entre les syntagmes suivants :

(43) a. au milieu de la table
b. au centre de la table

72Ces deux syntagmes sont considérés comme synonymes parce qu’on croit disposer d’un géométral qui les coordonne, parce qu’on pense qu’ils se rapportent à une seule et même réalité objective.

73Notre but n’est pas de remettre en cause ce point de vue, mais d’inverser l’ordre des priorités. Au lieu de construire notre raisonnement sur la base de l’existence d’un géométral, nous proposons de partir du point de vue inverse, selon lequel ce qui est localisé par les deux locutions ne correspond pas, même dans les cas d’apparente synonymie. Cela est évident lorsqu’on compare, par exemple, les syntagmes au milieu de la terre et au centre de la terre : dans le premier cas un élément autonome se trouve superposé sur un fond qui n’a pas de limite spécifiée (cf. ex. 7b-c), tandis que dans le second, il y a un rapport de signification fonctionnelle avec un tout délimité (ex. 7a). Ces deux perspectives sont très différentes l’une de l’autre : elles ne se rapportent pas à une réalité commune et donnent lieu à des contextes qui n’ont aucun rapport. A propos de tels exemples, il devient difficile de soutenir l’existence d’une géométrie naturelle qui serait cachée derrière les deux perspectives : les situations dénotées par centre et milieu sont incommensurables. Dans ces conditions, on soutiendra qu’il en est de même avec au milieu de la table et au centre de la table.

74La dernière section sera donc l’occasion de renoncer à tout géométral, à toute métrique commune, à tout repère susceptible de coordonner le milieu et le centre, et de voir quelle caractérisation sémantique devient possible dans ces conditions.

3.2. Pour une approche phénoménologique et gestaltiste de la localisation

  • 21 Cf. (Gurwitsch, 1957 : 121-126). On peut renvoyer à (Gréa, 2012) pour une autre illustration de cet (...)

75Pour cela, nous nous inspirons de l’ouvrage de (Gurwitsch, 1957). L’objectif de cet ouvrage est d’établir une critique gestaltiste de la phénoménologie husserlienne. A cette occasion, Gurwitsch montre que l’une des avancées principales de la Gestalttheorie, et plus particulièrement de l’école de Berlin, consiste justement à se défaire de l’équivalent du géométral en psychologie, à savoir l’idée selon laquelle les éléments perceptifs demeurent constants en deçà de présentations différentes. La Gestalttheorie considère, par exemple, qu’un point pris isolément n’est pas comparable à un point qui occuperait la même position mais qui serait cette fois en relation (de proximité, de symétrie, etc.) avec d’autres points. Penser l’inverse reviendrait à supposer l’existence d’un géométral, en l’occurrence, le système de repère qui déterminerait la position du point et qui établirait sa constance en deçà des différents contextes de présentation. La théorie de la gestalt est ainsi amenée à établir une différence essentielle entre l’élément isolé et le constituant, dans la mesure où ce dernier entretient une signification fonctionnelle par rapport à un tout.21

  • 22 Et non « profile », comme ce serait le cas si nous nous placions dans le cadre de la grammaire cogn (...)

76Les différences de perspectives induites par au milieu de et au centre de mobilisent très exactement cette opposition. Intéressons-nous d’abord au cas de la construction [NP0 au milieu de NP1]. Les sections précédentes ont permis de montrer que cette locution constitue22 NP0 en élément autonome qui n’entretient pas d’autre rapport avec NP1 que celui d’une simple superposition. Par ailleurs, NP1 est lui-même constitué en une entité dont la délimitation n’est pas spécifiée. Cette locution permet donc d’établir un rapport entre NP0 et NP1 qui rassemble toutes les propriétés d’un rapport figure – fond tel qu’il est conçu par la théorie de la gestalt. Dans ce cadre, en effet, une figure est définie comme une entité délimitée superposée sur un fond non délimité avec lequel il n’entretient aucune relation fonctionnelle. Dans ces conditions, les pluriels (ex. 10b), les massifs (ex. 12a, 13a, 14a et 15a), les pluriels amplifiants (ex. 16) et les intensifs (17) prennent naturellement ce rôle de fond, dans la mesure où, comme nous l’avons dit, ils n’ont pas de délimitation spécifiée (cf. section 1). Dans le cas où NP1 dénote un processus temporel délimité, la construction [NP0 au milieu de NP1] permet de marquer la simple concomitance de deux évènements (ex. 26 et 28).

77Les choses se passent très différemment avec la construction [NP0 au centre de NP1]. Cette dernière constitue NP0 de telle sorte qu’il entretienne un rapport fonctionnel avec un NP1 lui-même constitué en un tout délimité. Dans ces conditions, NP1 n’a pas le statut d’un fond, mais celui d’une figure. En cela, NP1 est délimité et peut correspondre, dans les faits, aux atomes d’une pluralité (ex. 10a et 11a), à un pluriel ayant une interprétation de type groupe (ex. 11b), à un comptable (ex. 12b, 13b, 14b et 15b), ou encore à un évènement ayant un instigateur ou un thème intrinsèque (ex. 29, 30, 32 et 34). L’existence d’une relation fonctionnelle entre NP0 et NP1 a une conséquence importante : NP0 n’est pas un élément conçu comme isolé, indépendant de NP1. Au contraire, si la construction [NP0 au centre de NP1] n’implique pas nécessairement une relation partie-tout (ex. 20), elle est susceptible de l’exprimer chaque fois que le contexte s’y prête (ex. 18 et 19) et devient automatique lorsque NP1 désigne une pluralité (ex. 10a et 11a, à moins que la pluralité ne corresponde à un pluriel groupe, comme dans l’ex. 11b). Dans tous ces cas de figure, à cause de son rôle fonctionnel, NP0 est constitué par au centre de comme étant, pour ainsi dire, « partie prenante » de NP1.

  • 23 Cf. (Kleiber, 1997).

78Cette analyse a de multiples conséquences que nous n’avons pas la place de développer. L’une d’entre elles mérite toutefois d’être soulignée. En imposant une relation fonctionnelle à un tout délimité, au centre de favorise des objets ayant une structuration interne hétérogène. A l’inverse, au milieu de, en imposant un rapport de superposition non fonctionnel sur un fond, tend à privilégier des objets ayant une structuration interne homogène. Ce sont des propriétés qui sont reconduites dans la sémantique des noms noyaux. Les pluriels les milieux et les centres, comme le remarque (Honeste, 2007), illustrent parfaitement ce point : le milieu politique (sing.) et le les milieux politiques (pl.) sont susceptibles de renvoyer au même objet du fait de l’homogénéité interne de milieu. Il en est tout autrement du couple le centre politique vs. les centres politiques où la structuration interne hétérogène de centre fait de lui un comptable délimité et donne lieu à une véritable pluralisation.23

79Quoiqu’il en soit, les deux locutions donnent accès à deux perspectives très différentes. Ce n’est pas comme si ces dernières se rapportaient à un même objet sur lequel il s’agirait de localiser des zones plus ou moins comparables. Il faut au contraire renverser la perspective habituelle : les considérations géométriques de forme et de distance – qui servent de géométral aux analyses référentielles – n’occupent plus le centre du dispositif, mais se trouvent reléguées à leur véritable rôle, celui de principes subalternes uniquement applicable à un cas de figure particulier, celui des emplois spatiaux mettant en jeu un NP0 comptable (au {milieu / centre} de l’avion, cf. ex. 42). Et même dans ce cas, la non convergence du centre et du milieu est toujours susceptible de reprendre le dessus. C’est ce que montrent les exemples 3, où au centre de la table en vient finalement à désigner l’un des convives. Or, on en conviendra facilement, ce dernier se trouve doté d’une signification fonctionnelle particulière qui n’est qu’assez secondairement reliée au fait qu’il se trouve à équidistance des limites de la tablée.

  • 24 Cf. (Talmy, 1978) (Vandeloise, 1986) (Langacker, 1987 et 1991a).

80Parmi les conséquences de ce renversement de situation, il en est une qu’il faut mettre en avant. Comme nous l’avons vu, la locution décide du statut de ses compléments : au milieu de impose le statut de fond à NP1, tandis que au centre de lui impose celui de figure. Or, cette distribution ne coïncide pas avec l’opposition ciblesite que l’on utilise classiquement dans le traitement de la localisation spatiale.24 Pour les deux locutions, NP1 correspond au site (repère) et NP0 à la cible (entité localisée). L’opposition figure – fond que nous venons de mettre au jour relève donc d’un tout autre niveau d’organisation.

Haut de page

Bibliographie

Borillo, A., 1998. L’espace et son expression en français. Paris : Ophrys.

Borillo, A., 1999. « Partition et localisation spatiale : les noms de localisation interne », Langages 136, 53-75.

Flaux, N., 1999. « A propos des noms collectifs », Revue de linguistique romane 63, 471-502.

Flaux, N. & Van de Velde, D., 2000. Les noms en français : esquisse de classement. Paris / Gap : Ophrys.

Gréa, P., 2005. « Les locutions au {centre / milieu} de dans leur acception spatiale », Revue de Sémantique et de Pragmatique 18, 87-112.

Gréa, P. 2012, « ‘Deux-trois’ mots sur la question des déterminants de petite quantité : pluriel continu et perception sémantique ». Journal of French Language Studies. Disponible à : CJO doi : 10.1017/S0959269512000191

Guillaume, P., 1937. La psychologie de la forme. Paris : Flammarion.

Gurwitsch, A., 1957. Théorie du champ de la conscience. Paris : Desclée de Brouwer.

Honeste, M.-L., 1997. « La notion d’espace en français à travers l’étude de quelques mots de très haute fréquence », in C. Rivière & M.-L. Groussier (eds), La Notion. Paris : Ophrys. 290-296.

Honeste, M.-L., 1997. « De la dénomination aux stratégies argumentatives : l’exemple d’espace et centre », in Cl. Boisson & Ph. Thoiron (eds), Autour de la dénomination. Lyon : Publications de l’Université de Lyon, 279-305.

Honeste, M.-L., 2007. « Lexique français de la spatialisation et représentations mentales », in P. Bacot & S. Rémi-Giraud (eds), Mots de l’espace et conflictualité sociale. Paris : L’Harmattan, collection « Langue et parole », 79-88.

Kleiber, G., 1997. « Massif / comptable et partie / tout », Verbum 3, 321-327.

Kleiber, G., 1998. « Tout et ses domaines : sur la structure tout + déterminant + N », in A. Englebert, M. Pierrard, L. Rosier & D. van Raemdonck (eds), La ligne claire : de la linguistique à la grammaire, Mélanges offerts à Marc Wilmet à l’occasion de son 60ème anniversaire. Louvain / Paris : Duculot, 87-97.

Köhler, W., 1929 [1964]. Psychologie de la forme. Paris : Gallimard.

Langacker, R.W., 1987. Foundations of Cognitive Grammar: Theoretical Prerequisites. vol. 1. Stanford: Stanford University Press.

Langacker, R.W., 1991a. Foundations of Cognitive Grammar: Descriptive Application. vol. 2. Stanford: Stanford University Press.

Langacker, R.W., 1991b. « Noms et verbes », Communications 53, 103-154.

Langacker, R.W., 2008. Cognitive Grammar. A Basic Introduction. Oxford: Oxford University Press.

Link, G., 1983. « The Logical Analysis of Plurals and Mass Terms: A Lattice-Theoretical Approach », in R. Bäuerle, C. Schwarze & A. von Stechow (eds), Meaning, Use, and Interpretation of Language. Berlin: Walter de Gruyter.

Maingueneau, D., 1993. Eléments de linguistique pour le texte littéraire. Paris : Nathan.

Merleau-Ponty, M., 1945. Phénoménologie de la perception. Paris : Gallimard.

Renouard, M., 2001. « Le point de vue de Sirius et la cartographie du visible », in J. Benoist & F. Merlini (eds), Historicité et spatialité. Le problème de l’espace dans la pensée contemporaine. Paris : Vrin.

Schnedecker, C., 2008. « Tout nom et tout pronom : qu’est ce qui fait la différence ? », in J. Durand, B. Habert & B. Laks (eds), Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF’08. Paris : 2031-2050.

Talmy, L., 1978. « Figure and Ground in Complex Sentences », in J. Greenberg (ed), Universals of Human Language 4. Stanford : Stanford University Press, 625-649.

Vandeloise, C., 1986. L’espace en français. Paris : Seuil.

Van de Velde, D., 1995. Le spectre nominal. Des noms de matières aux noms d’abstraction. Louvain / Paris : Peeters.

Vieu, L., 1991. Sémantique des relations spatiales et inférences spatio-temporelles : une contribution à l’étude des structures formelles de l’espace en Langage Naturel. Thèse de doctorat. IRIT, Université Paul Sabatier.

Wertheimer, M., 1923. « Untersuchungen zur Lehre von der Gestalt, II », Psychologische Forschung 4, 301-350.

Haut de page

Notes

1 Comme le souligne (Kleiber, 1998) : « Je ne puis parler de totalité que pour une entité qui a des limites ». A noter toutefois que (Schnedecker, 2008) rediscute en partie cette analyse.

2 Mais que nous développons dans (Gréa, 2005).

3 Et c’est le cas pour la trentaine d’occurrences de au milieu des étoiles dans Frantext.

4 Cf. (Link, 1983).

5 (Langacker, 1991b : 117 et suiv.) (Kleiber, 1997) (Flaux et al., 2000) entre autres.

6 Cf. (Maingueneau, 1993).

7 Cf. (Van de Velde, 1995). Si l’absence de délimitation est commune aux massifs et aux intensifs, les massifs ont une étendue dans l’espace, alors que les intensifs n’ont d’étendue ni spatiale ni temporelle.

8 « Chaque monade est un point de vue sur le monde, qu’elle exprime exactement comme une projection de perspective exprime le plan géométral à partir duquel elle est tracée ; c’est-à-dire qu’il y a entre ce qui peut se dire de l’une et de l’autre un rapport constant et réglé » (Renouard, 2001 : 203).

9 « l’un après l’autre et selon l’apparence perceptive, je ne construis pas l’idée du géométral qui rend raison de ces perspectives mais le cube est déjà là devant [nous] et se dévoile à travers eux » (Merleau-Ponty, 1945 : 237).

10 A noter que le caractère purement analytique (par définition) de ce dernier argument n’est pas si évident puisqu’il entre en contradiction avec le constat, par le même auteur (Kleiber, 1997), qu’il y a des comptables sans structuration interne. Par ailleurs, on pourrait aussi discuter du statut a priori du premier argument, selon lequel la notion de totalité implique nécessairement celle de limite : il se pourrait qu’il ne soit pas tout à fait valide dans le domaine des mathématiques, par exemple, en fonction de la définition que l’on donne à la notion de limite ou de borne.

11 Le fait que seule une partie du tee-shirt soit concernée par la localisation – à savoir, le bas du tee-shirt, tandis que le reste couvre les épaules – ne semble pas entrer en ligne de compte : il suffit de se reporter à l’attache de l’exemple 22b pour constater que le problème est identique lorsque N0 est entièrement contenu dans les limites de N1.

12 Explication suggérée par B. Fagard (com. pers.).

13 Sur ce point, on peut aussi renvoyer aux exemples 12-15 dans lesquels au centre de sélectionne systématiquement le sens comptable, c’est-à-dire délimité, par opposition à au milieu de, qui ne pose aucun problème avec le sens massif, c’est-à-dire non délimité. On peut aussi se reporter à la citation de Flaux et al (2000) supra que nous prenons comme base de travail.

14 Cf. néanmoins la section 3 pour l’incommensurabilité des deux types d’énoncés.

15 Comme pour les énoncés spatiaux, il ne s’agit pas d’un calcul (B. Fagard, com. pers.).

16 Constitué à partir d’une veille de plusieurs mois sur GlossaNet, à partir d’une vingtaine de journaux francophones : http://glossa.fltr.ucl.ac.be.

17 Ragnar Rylander est un chercheur suédois qui a travaillé à l’Université de Genève tout en étant financé parallèlement par Philip Morris. Ce professeur était sous contrat avec le cigarettier depuis 1972 et il a dirigé des symposiums et produit des recherches minimisant ou niant les effets néfastes du tabac et du tabagisme passif. (source : wikipedia)

18 Problème d’interprétation que l’on retrouve dans les exemples 31, 33, mais aussi, et pour les mêmes raisons, dans les exemples 25.

19 Cet exemple est inspiré d’une observation que font (Flaux et al., 2000, p. 31) à propos de intérêt et ennui (cf. aussi le tableau figurant p. 39).

20 La remarque est aussi valable pour le traitement que nous avons-nous-même proposé dans le cadre de la grammaire cognitive (cf. Gréa 2005, pp. 104 et suiv.).

21 Cf. (Gurwitsch, 1957 : 121-126). On peut renvoyer à (Gréa, 2012) pour une autre illustration de cette idée, dans le cadre d’une application de la Gestalttheorie à la pluralité (pluriel continu vs. discontinu).

22 Et non « profile », comme ce serait le cas si nous nous placions dans le cadre de la grammaire cognitive de Langacker. Le verbe profiler fait implicitement référence, sous ses déformations diverses, à la nécessaire constance de l’entité profilée, à savoir la base conceptuelle. Cette dernière joue alors le rôle de géométral et nous ramène ainsi dans le cadre général des analyses référentialistes.

23 Cf. (Kleiber, 1997).

24 Cf. (Talmy, 1978) (Vandeloise, 1986) (Langacker, 1987 et 1991a).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gréa, « Le centre n’est pas au milieu (et inversement). Pour une approche phénoménologique et gestaltiste de la localisation », Corela [En ligne], HS-12 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://corela.revues.org/2831 ; DOI : 10.4000/corela.2831

Haut de page

Auteur

Philippe Gréa

MoDyCo - Université Paris 10 & CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Corela – cognition, représentation, langage est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • Revues.org